Carnage sur la Rambla, coeur touristique de Barcelone

Publié le à Barcelone (AFP)

La Rambla, la plus célèbre artère de Barcelone, était remplie de touristes lorsqu'une camionnette a foncé sur la foule jeudi, laissant un spectacle de carnage et de chaos.

"Il y avait des corps par terre avec les gens qui s'attroupaient autour d'eux. Les gens pleuraient", raconte à l'AFP Xavi Perez, qui vend des magazines sportifs à peine cent mètres du lieu où a été commise l'attaque.

Cette attaque, qualifiée de "terroriste" par la police, a fait 13 morts et plus de cent blessés, selon Joaquin Forn, le responsable de l'Intérieur du gouvernement régional catalan.

Parmi les étrangers qui déambulaient sur l'avenue au moment où le véhicule a percuté la foule, se trouvait Aamar Anwar, un avocat défenseur des droits de l'homme écossais venu pour une conférence.

"Soudain, j'ai entendu un fracas et toute la rue s'est mise à courir en criant", a-t-il déclaré à la chaîne Sky News, évoquant des milliers de personnes saisies par la panique.

"J'ai vu une femme près de moi qui pleurait" en cherchant ses enfants, a-t-il dit.

Mais en à peine "30 secondes, les véhicules de police, les policiers armés arrivaient, nous avons été isolés et rapidement repoussés" en dehors de la zone de l'attaque, a-t-il ajouté.

Un autre témoin a vu un homme en train de s'enfuir. "J?ai vu un homme courir vers le bas de la Rambla, poursuivi par la police, et il a laissé tomber un objet en métal noir, ça avait l?air d?un pistolet ou d?un taser", a expliqué Sergio à l'AFP.

Un autre témoin interrogé par la télévision espagnole TVE a dit avoir vu un suspect au moment de l'attentat. "Il a une vingtaine d'années, il est très jeune, les cheveux foncés et un visage fin", a-t-il dit.

Deux suspects ont été arrêtés, et l'un d'eux identifié.

Les passants mis en fuite par l'attaque ont rapidement été remplacés par des policiers armés qui ont mis en place un cordon de sécurité. "Les véhicules de police arrivaient les uns derrière les autres", raconte M. Anwar.

Une touriste, Susan McLean, qui se trouvait à 100 mètres, évoque une foule prise de panique. "Soudain, un grand nombre de personnes ont couru vers nous, hystériques, des enfants hystériques. Ils ont d'abord dit qu'on avait tiré sur quelqu'un".

"Ca s'est calmé un moment puis soudain une seconde vague a dévalé la rue", a-t-elle raconté à Sky News. "Nous pouvions voir la police, nous pouvions voir toutes les voitures à l'arrêt", a-t-elle ajouté, précisant qu'elle avait pu se réfugier à son hôtel qui se trouvait une rue plus loin.

"La police faisait son travail. Nous n'avions vraiment aucune idée de ce qu'il se passait, à part que nous devions quitter très rapidement" les lieux, a-t-elle dit.

Tom Gueller, qui vit dans une rue voisine, s'est enfui lorsqu'il a vu la camionnette percutant la foule. " J'ai entendu des hurlements et un bruit d'écrasement", a-t-il raconté à la BBC. "J'ai vu cette camionnette qui descendait les Ramblas au milieu à fond la caisse et j'ai immédiatement compris qu'il s'agissait d'une attaque terroriste ou quelque chose d'approchant".

La camionnette fonçait "droit devant au milieu de la foule en plein milieu de l'avenue", selon son témoignage.

Steve Garrett, venu de Grande-Bretagne, s'est abrité dans une boulangerie, dans un marché à proximité. L'attaque de jeudi lui a rappelé celle de Londres. En mars, un homme avait lancé sa voiture sur la foule sur le pont de Westminster, tuant quatre personnes.

Les policiers armés sont alors apparus, explorant la zone du marché. "Ils semblaient chercher quelqu'un, ils avançaient avec une grande prudence, étal par étal", se souvient-il.

mbx-du-adm-txw/mr/fjb

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.