Chili: des églises visées par des engins incendiaires avant la visite du pape

Publié le à Santiago du Chili (AFP)

Quatre églises de Santiago du Chili ont été vendredi à l'aube la cible d'attaques, dont certaines avec des engins incendiaires, quelques jours avant la visite du pape François au Chili et au Pérou, a constaté l'AFP.

La porte en bois et les vitraux d'un des édifices, l'église "Sainte Elisabeth de Hongrie", située dans le quartier de Estacion Central (centre), ont été endommagés dans l'attaque.

Un message menaçant le Souverain pontife a été retrouvé sur place. On pouvait y lire "Pape François, les prochaines bombes viseront ta soutane".

L'église de Recoleta, au nord de la capitale, a été visée par le même type d'engins, selon les images des caméras de sécurité diffusées par les médias locaux.

Une troisième attaque a visé un bâtiment religieux du quartier de Peñalolen (est) et la quatrième a pu être déjouée. Pour l'heure, ces actions n'avaient pas été revendiquées.

"On pense qu'il pourrait s'agir de groupes anarchistes", a déclaré à des journalistes le commandant de la police chilienne Gonzalo Araya.

"Ce qui s'est passé hier est très étrange, car il ne s'agit pas d'un groupe en particulier", a déclaré la présidente Michelle Bachelet.

Le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Mahmud Aleuy, qui s'est rendu sur les lieux, a déclaré que les attaques "présentent des similitudes, mais ne sont pas forcément liées". Il a annoncé que le gouvernement allait demander l'ouverture d'une enquête et renforcer la sécurité devant les lieux de culte.

Le pape François, 81 ans, doit arriver lundi soir au Chili, début d'un voyage d'une semaine durant lequel il se rendra également au Pérou.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.