Coup d'envoi du premier train à grande vitesse en Inde

Publié le à Ahmedabad (Inde) (AFP)

Les Premiers ministres indien et japonais ont donné jeudi le coup d'envoi du chantier du premier train à grande vitesse d'Inde, utilisant une technologique japonaise, projet emblématique des relations entre New Delhi et Tokyo.

D'ici décembre 2023, cette ligne de 500 kilomètres devrait relier la ville d'Ahmedabad, dans l'État occidental du Gujarat, à la capitale économique Bombay en trois heures et demi. Un tel trajet par chemin de fer nécessite environ huit heures à l'heure actuelle.

Ce projet, d'un coût estimé à 19 milliards de dollars (16 milliards d'euros), est la pierre angulaire du rapprochement diplomatique entre le Japon et l'Inde, destiné à contrecarrer l'affermissement de la puissance chinoise en Asie.

Ce train "marque le début d'un nouveau chapitre des relations entre l'Inde et le Japon", a déclaré le Premier ministre japonais Shinzo Abe lors de la cérémonie à Ahmedabad.

"J'espère profiter de la beauté de l'Inde à travers la fenêtre de ce train grande vitesse avec M. Modi (le Premier ministre indien, ndlr) à mes côtés lorsque je viendrai en Inde dans quelques années", a-t-il ajouté.

Plus de 22 millions d'Indiens utilisent chaque jour quelque 9.000 trains pour sillonner ce pays-continent. Mais le réseau ferroviaire indien est vieillissant et les accidents fréquents.

"Aujourd'hui, l'Inde a accompli un pas de géant dans la réalisation d'un rêve depuis longtemps espéré", a lancé Narendra Modi à une audience enthousiaste.

Le Japon fournira 85% du financement de ce chantier à l'Inde à travers des prêts à taux réduits.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.