Donald Trump accusé de détournement de fonds de sa fondation

Publié le à New York (AFP)

Donald Trump a été accusé jeudi par l'Etat de New York d'avoir détourné l'argent de sa fondation à des fins personnelles, une attaque qui touche au coeur des affaires du président américain, immédiatement qualifiée de "ridicule" par ce dernier.

Donald Trump, qui fêtait jeudi ses 72 ans, était déjà confronté à des assignations en justice, notamment par deux femmes avec lesquelles il aurait eu des liaisons. Il est aussi confronté à une vaste enquête menée par le procureur indépendant Robert Mueller sur d'éventuels liens entre son équipe de campagne et la Russie.

La plainte au civil déposée jeudi par la procureure générale de l'Etat de New York contre lui et ses enfants Donald Jr., Eric et Ivanka - administrateurs de la fondation - ne devrait pas déboucher sur un dossier criminel ni apporter un élément décisif à ceux qui plaident pour une procédure de destitution.

Elle touche néanmoins directement à la gestion de ses affaires et à la société qui chapeaute ses avoirs, la Trump Organization.

Alors que les démocrates accusent depuis des mois le président de conflits d'intérêt pour ne pas avoir vendu ses parts dans la Trump Organization, la plainte met en lumière l'imbrication entre la Trump Organization et la fondation.

L'assignation affirme notamment que la fondation, à laquelle Trump lui-même ne donnait plus d'argent depuis 2008, n'avait pas d'employé propre.

- Pas d'employé, pas de contrôle

Son conseil d'administration, où siégeaient ses trois enfants, n'existait que sur le papier, et ses dépenses étaient directement réglées par la Trump Organization, non pas en fonction de leur objectif charitable, mais uniquement en fonction du statut fiscal du destinataire du chèque.

Sans contrôle, M. Trump aurait ainsi utilisé la fondation pour payer des frais personnels, promouvoir ses hôtels ou clubs de golf, et même peser sur sa campagne électorale, ce qui est strictement interdit par la loi.

La plainte cite notamment une levée de fonds organisée le 28 janvier 2016 dans l'Etat de l'Iowa, présentée comme une opération charitable pour les anciens combattants alors qu'elle avait tous les attributs d'un meeting électoral.

"La Fondation Trump n'était guère plus qu'un chéquier pour régler les dépenses de M. Trump et de ses entreprises à des organisations à but non lucratif, quelles que soient leur raison d'être et leur légalité", a affirmé la procureure, Barbara Underwood.

Elle a lancé une action pour dissoudre la fondation et exiger la restitution de quelque 2,8 millions de dollars.

Elle demande aussi à ce que le président américain soit interdit de diriger une organisation à but non lucratif à New York pendant 10 ans, tandis que ses enfants seraient interdits eux d'en diriger pendant un an.

Aussi lourdes que puissent paraître ces accusations pour un président en exercice, elles ne sont pas nouvelles.

L'enquête sur sa fondation a commencé en juin 2016, près de six mois avant son élection à la Maison Blanche, après des révélations du Washington Post qui mettait le doigt sur des paiements douteux.

Le président américain avait d'ailleurs annoncé dès décembre 2016 avoir l'intention de dissoudre la fondation.

Jeudi, il a contre-attaqué dès l'annonce de l'assignation, mettant en cause les motivations de la procureure à poursuivre cette affaire, et soulignant que même son prédecesseur pro-Hillary Clinton, Eric Schneiderman, "n'avait jamais eu le courage de poursuivre cette affaire ridicule".

Il a accusé les "démocrates véreux" qui dirigent l'Etat de New York de "tout faire pour l'attaquer en justice".

Il a aussi assuré qu'il ne réglerait pas cette affaire à l'amiable, comme il l'a fait dans le passé pour d'autres assignations au civil.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous râlez contre votre partenaire dans la mesure où ce dernier consacre trop de temps à son travail.

Taureau

L’être aimé à besoin de tendresse, de sérénité, mais aussi de fantaisie et d’imprévu.

Gémeaux

Vous jouez les jolis cœurs auprès de votre partenaire en répondant sans broncher à ses moindres désirs.

Cancer

Vous avez l’art de provoquer l’attachement de l’être aimé. Vous multipliez les petites attentions.

Lion

Pas question de vous ménager lorsqu’il s’agit de faire aboutir un projet personnel, familial ou de travail.

Vierge

Vous tendez à vous reposer un peu trop dans votre zone de confort. Vous ne prenez plus de risques.

Balance

Votre sens des responsabilités est parfaitement aiguisé. Financièrement, vos comptes ne sont plus en équilibre. Attention !

Scorpion

Vous êtes rapidement rappelé à l’ordre par l’un de vos proches à qui vous avez fait quelques promesses.

Sagittaire

Si vous pensez pouvoir profiter d’une journée tranquille, c’est sans compter sur une visite surprise, un imprévu.

Capricorne

Votre attention se tourne sur votre activité professionnelle. Vous êtes en attente d’une nouvelle.

Verseau

Ce n’est pas une journée très positive sur le plan sentimental. Du moins si vous ne faites aucun effort pour la rendre plus agréable.

Poissons

Côté cœur, l’harmonie conjugale est retrouvée, vous nourrissez votre complicité. Vous surprenez l’autre.

Facebook