En plein chaos du Brexit, Jeremy Corbyn se dit "prêt" à gouverner

Publié le à Liverpool (AFP)

Accusant Theresa May de "vandalisme social" et d'incompétence sur le Brexit, le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn s'est dit mercredi "prêt" à prendre les rênes du Royaume-Uni, dans son discours de clôture du congrès de son parti à Liverpool.

"Que chaque circonscription, chaque communauté sache que les travaillistes sont prêts", a lancé le leader du Labour au gouvernement de la Première ministre conservatrice, devant plusieurs milliers de militants et de cadres réunis dans une salle de conférence de cette grande ville du nord-ouest de l'Angleterre.

Et "quand nous nous réunirons à la même époque l'année prochaine, que ce soit en tant que gouvernement travailliste", a-t-il ajouté.

Le discours d'environ une heure de ce chantre de la gauche radicale a conclu quatre jours de débats à Liverpool qui ont été dominés par la question du Brexit - sans doute au déplaisir de Jeremy Corbyn, un eurosceptique plus à l'aise sur les thématiques économiques et sociales que sur l'UE.

Devant ses militants, le leader travailliste a rappelé qu'il respectait la décision de Britanniques de quitter l'UE. Mais "personne ne peut respecter ce que fait le gouvernement depuis ce vote", a-t-il lancé, critiquant deux ans de négociations "bâclées" par le gouvernement de Mme May.

A seulement six mois du Brexit, les négociations sur un accord entre Londres et Bruxelles patinent, faisant craindre d'une sortie de l'UE sans accord. Une "menace pour toute notre économie", a estimé le chef des travaillistes.

"Si le Parlement rejette un accord ou si le gouvernement ne parvient à aucun accord, nous ferons pression pour obtenir des élections" législatives anticipées, a-t-il prévenu.

Interrogée à New York, où elle participe à l'assemblée générale de l'ONU, sur la possibilité d'organiser un tel scrutin, Theresa May a déclaré que "cela ne serait pas dans l'intérêt" du Royaume-Uni.

- "Révolution des emplois verts" -

Le Labour, divisé entre des militants qui ont voté pour rester dans l'Europe, à commencer par les plus jeunes, et d'autres, en particulier des adhérents plus âgés ou issus des classes populaires, qui ont voté pour sortir de l'UE, pressé par une partie de la base et des syndicats de défendre un second référendum, avait adopté mardi une position de compromis.

Keir Starmer, chargé du Brexit au sein du Labour, a déclaré qu'il n'excluait aucune option, y compris demander aux Britanniques s'ils ne souhaitent pas finalement le maintien dans l'UE. Mais le ministre des Finances au sein du cabinet fantôme, John McDonnell, a exclu de son côté cette dernière éventualité.

Dans son discours, Jeremy Corbyn, n'a pas spécifiquement évoqué cette possibilité, se bornant à dire que "toutes les options" étaient "sur la table".

Il a par ailleurs dénoncé la politique des conservateurs depuis leur arrivée au pouvoir en 2010, "huit ans d'austérité destructrice".

"Ce gouvernement doit être tenu pour responsable de son vandalisme social", a-t-il dit, présentant un programme économique ancré très à gauche : nationalisations dans les secteurs du rail et de l'eau notamment, cession par les entreprises d'une partie de leur capital à leurs employés, mais aussi une "révolution des emplois verts" qui aboutirait, selon lui, à la création de 400.000 postes de travail.

Jeremy Corbyn est enfin revenu sur les accusations d'antisémitisme dont le Labour fait l'objet depuis son élection à la tête de ce parti, en septembre 2015. Plusieurs de ses membres ont été suspendus, expulsés ou forcés de démissionner pour avoir fait des déclarations antisémites, mais il lui est reproché de ne pas en faire assez.

"La querelle sur l'antisémitisme a fait du mal (...) dans la communauté juive et suscité une grande consternation au sein du parti", a-t-il dit.

"Ce parti sera toujours implacable dans sa lutte contre l'antisémitisme et le racisme sous toutes ses formes", a assuré Jeremy Corbyn, espérant pouvoir tourner la page.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Montrez-vous plus attentionné à l’égard de votre partenaire. Ne sous-estimez pas la communication.

Taureau

Vous vous posez beaucoup de questions dans tous les domaines. Vous cherchez la bonne voie à suivre.

Gémeaux

Vous prenez des initiatives professionnelles. Vous délimitez des objectifs précis, concrets, ambitieux.

Cancer

Vous faites preuve d’une grande lucidité. Vous ne dites pas grand-chose, mais vous n’en pensez pas moins.

Lion

Vous recevez une bonne nouvelle. Vous êtes en passe de trouver une solution à vos difficultés.

Vierge

En amour comme au travail, vous savez parfaitement ce que vous voulez. Vous êtes plus opportuniste.

Balance

Réfléchissez avant de vous engager dans une nouvelle activité. Pesez bien le pour et le contre.

Scorpion

Vous êtes loin d’être à court d’idées ou d’arguments pour évoluer dans votre vie sociale. Vous faites un choix crucial.

Sagittaire

Ce début de semaine est constructif en termes de projets. Vous peaufinez tout cela au cours des jours à venir.

Capricorne

Vous êtes tenté de quitter une association professionnelle. Vous vous sentez freiné par votre partenaire de travail.

Verseau

Vous versez dans le romantisme sur le plan sentimental. L’amour illumine cette fin de semaine.

Poissons

La bonne influence de Jupiter vous confère un sens des affaires bien aiguisé et redoutable. Profitez-en !

Facebook