Face aux contestations, front uni de Merkel et Macron sur l'Europe

Publié le à Berlin (AFP)

Angela Merkel et Emmanuel Macron comptent afficher dimanche à Berlin un front uni à six mois des élections européennes, malgré leurs divergences sur le fond, alors que tous deux sont affaiblis par des contestations sur le plan intérieur.

Le chef de l'Etat français a participé en fin de matinée à une rencontre avec des jeunes sur le thème de la paix et doit ensuite prendre part à des commémorations allemandes du souvenir pour les victimes des guerres. Il prononcera un discours à 12H30 GMT devant la chambre des députés du pays.

Face à plusieurs dizaines de jeunes réunis dans la capitale allemande, M. Macron a une nouvelle fois martelé son message sur le risque du retour des nationalismes en Europe, au moment où le continent commémore le centenaire de la fin de la Première guerre mondiale.

Le risque de l'oubli de l'histoire "c'est de répéter les erreurs du passé", a déclaré le président français, qui s'était récemment inquiété de la similitude la période avec les années 1930 en Europe.

Il a appelé à "aller au contact de la jeunesse pour éviter qu'elle ne dérive, qu'elle ne se sépare, qu'on ne cède aux forces centrifuges" et exhorté à "bâtir une Europe beaucoup plus ambitieuse".

- Armée européenne -

M. Macron, soutenu en cela ostensiblement par la chancelière allemande, vient notamment de relancer l'idée controversée d'une armée européenne, qui suscite l'ire du chef de l'Etat américain Donald Trump et le scepticisme de l'Otan.

Une telle armée européenne "implique aussi la volonté politique de défendre avec détermination les intérêts européens lorsqu'un conflit éclate", a estimé la ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen dans un entretien à paraître lundi dans le groupe de presse régional Funke.

"Il ne s'agit pas d'être contre les Etats-Unis mais de prendre notre destin en main pour ne plus compter éternellement sur les autres", lui a fait écho dimanche la ministre française chargée des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, dans une interview au Journal du Dimanche.

Le président français et la chancelière allemande avaient déjà multiplié il y a une semaine, lors des cérémonies en France du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, les marques de complicité et de cohésion.

La venue à Berlin de M. Macron parachève cette séquence, qui intervient dans un contexte politique intérieur pesant pour les deux dirigeants.

La chancelière, critiquée pour sa politique migratoire, a été récemment contrainte d'amorcer le début de son retrait politique, tandis que M. Macron voit sa popularité en France chuter et fait face à un mouvement de contestation contre la hausse des prix du carburants.

Son discours au Bundestag sera une première pour un président français depuis Jacques Chirac en juin 2000. Il s'entretiendra ensuite avec Angela Merkel.

La France et l'Allemagne se sont déjà entendues vendredi sur les contours d'un budget pour la zone euro, projet phare d'Emmanuel Macron pour soutenir l'investissement. Mais pas sur son montant, qui reste non défini alors que le chef de l'Etat français espérait à l'origine des centaines de milliards d'euros.

L'Allemagne n'en a accepté le principe que du bout des lèvres et en verrouillant strictement son utilisation.

- Gafa -

Une illustration, parmi beaucoup d'autres, des nombreuses divergences et frustrations entre Paris et Berlin. La France s'estimant pas suffisamment soutenue dans ses projets de relance du projet européen en crise par une chancelière politiquement en fin de cycle.

Paris et Berlin sont en désaccord sur la taxation des géants du numérique, autre projet-clé d'Emmanuel Macron que la France voudrait voir concrétisé au plan européen dès décembre. Angela Merkel craint un retour de bâton américain contre les entreprises allemandes et veut repousser le sujet à 2021.

Le président du Bundestag Wolfgang Schäuble a reconnu la nécessité d'un "nouvel élan" pour le couple franco-allemand. Et un proche d'Angela Merkel, Armin Laschet, a admis dans le Spiegel que son pays était trop "hésitant" sur l'Europe. Il l'a appelé à être "plus enthousiaste" sur le sujet et à avoir une vision "moins comptable".

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous tenez à la fois les rênes de votre foyer et de votre vie professionnelle. Vous voulez tout contrôler.

Taureau

Vous êtes freiné dans votre élan. Quelques obstacles se dressent soudainement sur votre route.

Gémeaux

Vous prenez un risque jugé insensé par vos proches. Vous voulez évoluer professionnellement.

Cancer

Vous êtes très attaché aux valeurs véhiculées par la famille. Aujourd’hui, vous y êtes totalement impliqué.

Lion

Vous multipliez les occasions de sortie, de rencontre si vous êtes seul.

Vierge

Vos talents d’intermédiaire s’avèrent utiles pour ramener le calme dans la cacophonie qui règne dans votre cadre de travail.

Balance

Ce n’est pas le moment de prendre un risque financier. Les tentations sont grandes, mais votre budget ne vous le permet pas.

Scorpion

Votre relation sentimentale est épanouie et chaleureuse. Vous savez profiter de la vie à deux.

Sagittaire

Vous avez toutes vos chances de nouer une nouvelle relation. Vous avez un coup de cœur.

Capricorne

Vous n’êtes pas fermé à la critique. Vous êtes même très attentif à ce que les uns et les autres pointent du doigt.

Verseau

La patience et la tolérance permettent de rétablir l’harmonie dans votre foyer. Vous êtes plus à l’écoute de votre conjoint.

Poissons

Votre sens des affaires s’affirme. Vous avez un coup d’avance sur vos adversaires.

Facebook