Fitch considère à son tour que le Venezuela en défaut partiel sur sa dette

Publié le à Washington, 15 nov 2017 (AFP)

L'agence de notation Fitch considère également le Venezuela en défaut partiel sur sa dette à long-terme en devises en raison du non-paiement de certaines échéances, a-t-elle annoncé mardi soir.

Une des trois autres agences de notation mondiales, S&P Global Ratings, avait pris une décision similaire lundi alors que le pays arrive de plus en plus difficilement à honorer les paiements dus à ses créanciers internationaux.

"Des paiements d'intérêts à valoir sur la dette souveraine n'ont pas été reçus par les détenteurs d'obligations dans les délais impartis par les périodes de grâce", indique notamment Fitch à l'appui de sa décision.

Le défaut est partiel car il ne porte que sur certaines tranches de la dette, à savoir des émissions arrivant à maturité en octobre 2019 et en octobre 2024 et dont les paiements d'intérêt exigés n'ont pas été reçus à l'expiration d'une période de grâce expirant le 13 novembre.

Les autres émissions obligataires restent notées à "C", soit la note juste avant le défaut.

"Si le (pays) arrive à de nouveau établir un historique de paiements ponctuels et prévisibles de ses obligations sur sa dette commerciale en normalisant ainsi les relations avec ses créanciers, une décision de notation positive pourrait se produire", ajoute-t-on de même source.

La troisième agence de notation, Moody's, garde elle pour l'instant sa note sur le Venezuela à "Caa3", c'est à dire que le pays est considéré en situation "vulnérable" et devra bénéficier de circonstances favorables pour honorer ses engagements financiers.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.