Frères tués par balles à la Grande Borne: deux hommes présentés à un juge

Publié le à Évry (AFP)

Deux hommes soupçonnés d'être impliqués dans la mort par balles de deux frères dans la cité de la Grande Borne, jeudi à Grigny (Essonne), ont été présentés à un juge en vue de leurs mises en examen, a indiqué samedi le procureur d'Évry.

Le parquet, qui a ouvert une information judiciaire pour assassinats, a requis le placement en détention provisoire des deux suspects, âgés de 20 et 22 ans, a précisé le procureur Éric Lallement dans un communiqué.

Le premier avait été interpellé sur place par la police, après avoir essuyé des coups donnés par un groupe de personnes à la suite des tirs. "Toute sa garde à vue s'est déroulée en milieu hospitalier", a souligné le procureur.

Le second avait pris la fuite pour se réfugier à Béziers (Hérault). Il s'est rendu à la police dès le vendredi et a été entendu en garde à vue par la police judiciaire de Montpellier.

Les suspects "ont reconnu être présents sur les lieux quelques minutes avant la commission du double assassinat, mais présentent des versions contradictoires sur le déroulement des faits", a rapporté M. Lallement.

Ni les circonstances ni les motivations des tirs n'ont été précisées par le parquet.

Les autopsies réalisées samedi ont confirmé que les victimes, âgées de 26 et 28 ans, avaient été touchées à la tête. Elles étaient connues des services de police, l'une pour des faits de "recel", "rébellion", "outrages", "vol" et "conduite sans permis", l'autre pour "vol", "violences", "détention de produits stupéfiants" et "conduite sans permis".

La Grande Borne - 11.000 habitants sur les 28.000 que compte Grigny - est considérée comme l'une des cités les plus difficiles d'Ile-de-France.

En lisière de la cité, le 8 octobre 2016, deux véhicules de police avaient été pris d'assaut par un groupe d'individus cagoulés et munis de 13 cocktails Molotov. Deux policiers avaient été gravement brûlés et deux autres plus légèrement.

Après cette attaque, qui avait eu un immense retentissement et déclenché une fronde inédite dans la police, le gouvernement avait renforcé les effectifs policiers en Essonne.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Un point de vue échangé avec un collègue de travail vous divise et vous voulez à tout prix avoir raison.

Taureau

Vous profitez d’une belle opportunité professionnelle. Vous ne vous faites pas prier pour prendre des responsabilités.

Gémeaux

Vous êtes dans une période favorable au développement de vos affaires, de vos activités.

Cancer

Vous déstabilisez votre entourage, principalement votre partenaire, par vos brusques changements d’humeur.

Lion

Vous rompez avec une tradition qui ne correspond plus du tout à vos exigences ou vos valeurs.

Vierge

Au travail, vous faites beaucoup d’efforts pour maintenir un bon rythme. Vous mettez un point d’honneur à respecter les délais.

Balance

Vous vous sentez trahi par une personne en qui vous aviez toute votre confiance il y a peu encore.

Scorpion

Sans doute avez-vous vu un peu grand. Des charges plus importantes ou des dépenses imprévues fragilisent votre budget.

Sagittaire

Vous restez assez loin de toutes considérations professionnelles ou financières. Vous avez besoin de repos et de calme.

Capricorne

Vous arrondissez les angles au travail. Vous faites preuve de souplesse pour revenir sur une décision.

Verseau

Ne laissez pas une personne s’attacher à vous si vous ne partagez pas le même amour. Soyez sincère.

Poissons

Vous ne pouvez pas tout maîtriser. Sachez reconnaître vos limites, vos lacunes, voire vos faiblesses.

Facebook