Interpeller un enfant à l'école, un tabou rarement brisé

Publié le à Paris (AFP)

Les interpellations d'enfants en milieu scolaire, comme celle de la jeune kosovare Leonarda Dibrani, sont très rares depuis des instructions de 2005 mais suscitent systématiquement émoi et mobilisation au nom de la défense de "l'école sanctuaire".

Cette collégienne de 15 ans, scolarisée dans le Doubs, a été remise à la police le 9 octobre alors qu'elle participait à une sortie scolaire puis expulsée avec sa mère, ses frères et soeurs vers le Kosovo.

Dans le car, "tous mes amis et mon professeur pleuraient", a raconté la jeune fille à l'AFP depuis le nord du Kosovo, où elle espère pouvoir reprendre rapidement un "avion à destination de la France".

Alors que le ministre de l'Intérieur Manuel Valls essuyait de violentes critiques à gauche, son collègue de l'Education, Vincent Peillon, a réclamé mercredi "qu'on sanctuarise l'école" et "que cette situation ne se renouvelle pas".

La famille Dibrani sera autorisée à revenir en France si une enquête administrative, dont les résultats sont attendus d'ici vendredi, prouvait qu'il y a eu "faute", a ajouté le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Syndicats et associations sont également montés au créneau: l'interpellation de Leonarda est "ignoble" (UNSA-éducation), une "dérive inadmissible" (Unef) et "contraire aux valeurs républicaines" (Mrap). Une pétition pour demander son retour avait recueilli mercredi près de 6.000 signatures en quelques heures.

"Bien sûr, ce n'est pas anodin qu'un véhicule de la police aux frontières vienne chercher une collégienne devant des élèves, mais il n'y a eu aucun usage de la coercition, ce n'était pas une course poursuite ni une arrestation", s'est défendu le ministère de l'Intérieur.

La violence des réactions illustre "un double tabou" très fort dans la société, selon l'historien de l'éducation Claude Lelièvre.

D'abord, "le jeune est considéré comme un innocent qui n'est pour rien dans les querelles d'adultes", dit-il. Ensuite, "il y a l'idée juridiquement fausse que l'école est un sanctuaire, que la police n'a pas le droit d'y intervenir", ajoute l'historien. "On considère que l'école doit être un lieu sacré en dehors des violences communes."

'Revirement de Sarkozy'

L'école est aussi considérée comme un facteur essentiel d'intégration, souligne Bernadette Groison de la FSU, première fédération syndicale d'enseignants: "On ne peut pas à la fois demander à des populations migrantes de s'intégrer en France et remettre en cause le droit à l'éducation."

Pour ces motifs, les premières interpellations dans les écoles, il y a une dizaine d'années, avaient déjà suscité une "vive réaction", relève Serge Slama, spécialiste en droit de l'immigration.

"En 2003-2004, pour des objectifs chiffrés, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, a commencé à aller chercher des enfants à l'école, c'était pour lui le moyen d'attraper les parents", affirme le juriste.

En réaction, des collectifs de parents, d'enseignants, d'élus et de militants se sont montés ici et là, débouchant sur la formation du Réseau éducation sans frontière (RESF). Face à leur mobilisation, "Sarkozy a opéré un revirement assez rapidement", rappelle M. Slama.

Dans une circulaire du 31 octobre 2005, le ministre recommande aux préfets "pour des raisons évidentes d'éviter" toute démarche en vue d'une reconduite à la frontière "dans l'enceinte scolaire ou dans ses abords".

En 2008, le ministre de l'Immigration Eric Besson confirmait, en réponse à un rapport du Conseil de l'Europe, avoir "donné des instructions (...) afin de mettre fin aux procédures d?interpellation d?étrangers à proximité d?établissements scolaires".

"Ces instructions ont été à peu près respectées", selon Richard Moyon, du RESF, notant toutefois des incidents sporadiques dont deux ces derniers mois.

Le 6 mai à Nîmes, la police a demandé au directeur d'une école de retenir après la classe deux enfants d'une Tchétchène en voie d'expulsion, mais un voisin les a emmenés avant l'arrivée des policiers. Le 12 septembre, devant un lycée de Caen, un jeune majeur nigérian, sorti fumer une cigarette, s'est fait contrôler et a été placé en rétention.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Facebook

Galerie photos du jour

Tweets des journalistes DH

NewsLetter

Logic-immo Cxense

4,83€ Edition Web

Aller sur 4,83€ Edition Web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Si vous venez de faire une rencontre amoureuse, vous êtes en confiance et prêt à vous engager.

Taureau

Vous êtes sous tension. Vous avez une échéance professionnelle et vous craignez de ne pas y arriver.

Gémeaux

Vous ne vous laissez pas décourager par certaines personnes négatives. Vous connaissez vos qualités, vos atouts.

Cancer

Essayez d’être plus lucide et réaliste sur le plan affectif. Vous n’êtes pas dans un conte de fées.

Lion

Vous ne pouvez pas vous dérober face à vos responsabilités familiales. N’oubliez pas vos promesses !

Vierge

Vous évoluez dans une période d’intense activité sur le plan professionnel. Des liens sincères se créent dans ce contexte.

Balance

Vous êtes beaucoup plus à l’écoute de votre partenaire. Vous répondez spontanément à ses attentes.

Scorpion

Maintenir la pression pour atteindre vos objectifs est nécessaire. C’est le prix à payer pour arriver à vos fins.

Sagittaire

Vous entrez dans une période constructive au plan affectif. L’être aimé vous témoigne tout son amour.

Capricorne

Vous pouvez évoluer plus librement sur le plan professionnel. Vous veillez à préserver toute votre indépendance.

Verseau

Une rencontre inattendue peut tout à fait évoluer en une relation stable, sérieuse. Vous pouvez baisser votre garde.

Poissons

Vous pouvez évacuer toute la tension nerveuse que vous avez accumulée ces dernières semaines.