Irma: après Saint-Martin dévasté, Macron au chevet de Saint-Barthélemy

Publié le à Marigot (AFP)

Après Saint-Martin mardi, Emmanuel Macron a achevé mercredi par une visite à Saint-Barthélemy, son déplacement de deux jours auprès des sinistrés de l'ouragan mortel Irma, auxquels il a promis un "retour à la normale" et une reconstruction exemplaire, après avoir essuyé des critiques sur la gestion de cette crise.

Alors qu'il a défendu sur place l'action de son gouvernement, les Français sont partagés sur la gestion de l'ouragan par les pouvoirs publics, 52% d'entre eux estimant que la situation a été gérée "du mieux possible", contre 47% d'un avis contraire, selon un sondage Elabe.

Petit intermède dans son déplacement auprès des sinistrés, le président s'est exprimé depuis Pointe-à-Pitre, juste avant son retour dans l'Hexagone, sur l'attribution des JO de 2024 à Paris, estimant que "cette victoire, c'est la France".

Le chef de l'Etat s'est envolé vers 16H15 (heure locale) pour Paris, où il devait présider dans l'après-midi le Conseil des ministres, décalé d'une trentaine d'heures pour l'occasion.

Il était arrivé mercredi matin en hélicoptère à Saint-Barthélemy, un peu moins dévastée que sa voisine Saint-Martin, mais touchée aussi par le manque d'eau et d'électricité.

Dans cette petite île (9.000 habitants), connue pour ses villas de milliardaires, il a annoncé qu'un mécanisme d'aide financière d'urgence serait mis en place "d'ici lundi prochain" pour les sinistrés "qui ont tout perdu", et les salariés au chômage technique.

"Des avions supplémentaires sont affrétés entre la Guadeloupe et la métropole, avec mille place en plus d?ici la fin de semaine, à des prix tenus à 250 euros, j?y tiens", a annoncé Emmanuel Macron.

"Saint-Barthélemy est une île debout. J'invite chacun à (re)visiter l'île au plus vite, car le tourisme est le c?ur de son économie", a-t-il tweeté.

Le chef de l'Etat était la veille à Saint-Martin où il a passé la nuit. Il a participé dans la soirée à une patrouille des forces de l'ordre, en déplorant qu'il y ait "autant d'armes en circulation".

Il a dénoncé les pillages commis juste après l'ouragan et annoncé que 3.000 forces de l'ordre seraient déployées "d'ici la fin de la semaine" sur cette île qui comptait 35.000 habitants avant le passage de l'ouragan.

Dans les rues de Marigot, le chef-lieu de Saint-Martin, les parachutistes des troupes marines de Carcassonne ont commencé mercredi leur patrouille "pour sécuriser la zone et la population", selon le lieutenant Pierre, deux jours après leur arrivée dans l'île.

Le président était venu "pour rassurer, consoler et entendre la colère" des habitants, encore palpable, une semaine après l'ouragan qui a fait 11 morts à Saint-Martin.

- Retour "avant un an" -

"Pour moi de l'extérieur, et je ne suis peut-être pas la seule, vous êtes sur une tour d'ivoire et vous descendez de temps en temps", lui a déclaré mardi une résidente de Grand-Case, selon des images mises en ligne mercredi sur Twitter par un journaliste de Radio France. Emmanuel Macron s'est engagé auprès d'elle à revenir sur l'île, si possible "avant un an".

Défendant l'action du gouvernement, M. Macron a affirmé que l'exécutif avait "répondu dès que l'information a été donnée". Il s'est dit "favorable" à une commission d'enquête parlementaire, "mais au bon moment".

Comme d'autres membres de l'opposition avant lui, Laurent Wauquiez, vice-président des Républicains (LR), a dénoncé mercredi "six jours de manquements" de l'Etat, qui n'a "pas été à la hauteur".

"Si le moment venu, le Parlement veut poser des questions, nous y répondrons, totalement, complètement et j'ai hâte de pouvoir le faire", a rétorqué Edouard Philippe, "extrêmement fier de la réaction des services de l'Etat".

A Saint-Martin, le ressenti est tout autre: "On n'était pas comme ça après Luis (ouragan de 1995), c'est lamentable", a souligné à l'AFP Nicaise Jasaron, 32 ans. "Une semaine après l'ouragan, on nous donne une bouteille d'eau, c'est avec ça qu'on va se laver", a-t-elle déploré.

M. Macron a promis la reprise de la distribution d'eau potable "à partir du 20 (septembre)", mais en "quantité moins importante" qu'avant l'ouragan, et la reprise de l'électricité "d'ici la fin de semaine dans tous les points sensibles".

- Les blessés graves "sortis d'affaire" -

Pour les élèves, des classes ouvriront "dès la semaine prochaine", dans des "tentes gonflables", avant un retour à la normale "d'ici la Toussaint", a indiqué le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer.

Sur le plan sanitaire, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a assuré que tous les blessés graves (sept dont deux en urgence absolue) dénombrés à Saint-Martin et Saint-Barthélemy étaient "sortis d'affaire".

Pour aider les victimes du cyclone, les assureurs ont étendu leurs mesures exceptionnelles. "Tout particulier assuré contre le vol, s'il est victime de pillage, bénéficiera de cette garantie" et "tout assuré dont la résidence principale est inhabitable recevra une avance immédiate de son assureur pour faire face à ses besoins urgents", ont-ils indiqué.

Les rotations aériennes et maritimes se sont poursuivies mercredi pour apporter vivres et fret et évacuer les sinistrés qui le souhaitent.

Le BPC Tonnerre, un bâtiment de la Marine nationale, a appareillé mercredi depuis Toulon pour déployer aux Antilles "des capacités de reconstruction d'urgence", avec notamment 116 véhicules et 1.000 tonnes de matériel.

France 2 organisera mardi 19 septembre à Paris un concert de soutien envers la population des îles de Saint-Martin et de Saint Barthélemy, a annoncé mercredi soir la chaîne publique.

L'ouragan Irma a fait 40 morts dans les Caraïbes et 20 morts en Floride, après le décès de huit personnes dans une maison de retraite.

rfo-jri-caz-asa/cam/bd

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous râlez contre votre partenaire dans la mesure où ce dernier consacre trop de temps à son travail.

Taureau

L’être aimé à besoin de tendresse, de sérénité, mais aussi de fantaisie et d’imprévu.

Gémeaux

Vous jouez les jolis cœurs auprès de votre partenaire en répondant sans broncher à ses moindres désirs.

Cancer

Vous avez l’art de provoquer l’attachement de l’être aimé. Vous multipliez les petites attentions.

Lion

Pas question de vous ménager lorsqu’il s’agit de faire aboutir un projet personnel, familial ou de travail.

Vierge

Vous tendez à vous reposer un peu trop dans votre zone de confort. Vous ne prenez plus de risques.

Balance

Votre sens des responsabilités est parfaitement aiguisé. Financièrement, vos comptes ne sont plus en équilibre. Attention !

Scorpion

Vous êtes rapidement rappelé à l’ordre par l’un de vos proches à qui vous avez fait quelques promesses.

Sagittaire

Si vous pensez pouvoir profiter d’une journée tranquille, c’est sans compter sur une visite surprise, un imprévu.

Capricorne

Votre attention se tourne sur votre activité professionnelle. Vous êtes en attente d’une nouvelle.

Verseau

Ce n’est pas une journée très positive sur le plan sentimental. Du moins si vous ne faites aucun effort pour la rendre plus agréable.

Poissons

Côté cœur, l’harmonie conjugale est retrouvée, vous nourrissez votre complicité. Vous surprenez l’autre.

Facebook