JO d'hiver 2018: "On ne mettra jamais dans l'insécurité notre équipe de France", affirme Flessel

Publié le à Paris (AFP)

"On ne mettra jamais dans l'insécurité notre équipe de France", a déclaré jeudi sur la radio RTL la ministre des Sports Laura Flessel, à propos des tensions autour de la Corée du Nord, qui pèsent sur les prochains JO d'hiver organisés par la Corée du Sud voisine.

"Si ça s'envenime et qu'on n'arrive pas à avoir une sécurité affirmée, notre équipe de France resterait ici", a ajouté Mme Flessel. Les jeux Olympiques d'hiver 2018 sont programmés du 9 au 25 février à Pyeongchang, une ville située à 80 km de la frontière avec la Corée du Nord.

Laura Flessel est la première responsable politique à émettre un doute sur la participation d'une équipe nationale aux jeux Olympiques.

Il y a cinq jours, lors de la dernière session du Comité international olympique (CIO) à Lima - à cinq mois des JO de Pyeongchang -, son président Thomas Bach avait répété que la position du CIO "n'(avait) pas changé et notre confiance demeure".

Le 15 septembre, la veille, son porte-parole avait lui déclaré: "Il n'y a pas de plan B".

"Nous appelons à une solution diplomatique et à la paix", avait encore souligné M. Bach appelant à une trêve olympique négociée sous l'égide de l'ONU.

Jeudi soir sur RTL, la ministre des Sports française s'est toutefois refusée à envisager l'annulation des Jeux.

"Aujourd'hui nous n'en sommes pas là et je vous dis et je vous demande surtout de ne pas inquiéter cette équipe de France qui travaille déjà depuis plus de 4 ans", a-t-elle ajouté.

"On est au courant de la situation et avec le ministère des Affaires étrangères nous sommes en étroite relation donc nous continuons à regarder, à analyser", a-t-elle avancé.

Les tensions sont vives dans la péninsule coréenne et la région, en raison de tirs de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) effectués par la Corée du Nord, qui ont entraîné craintes et protestations multiples.

Le pays reclus justifie ses programmes militaires par la nécessité de se protéger des Etats-Unis et le militarisme est au centre de l'idéologie du régime autocratique au pouvoir.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous retrouvez totalement votre confiance en vous. Votre entourage vous soutient.

Taureau

Sur le plan professionnel, vous devez composer avec un collègue peu enclin à vous suivre dans votre façon de travailler.

Gémeaux

Vous ne pouvez pas passer à côté d’une belle opportunité de vous mettre en valeur au boulot.

Cancer

Sur le plan affectif, vous vous investissez autant que possible dans votre vie de couple et de famille.

Lion

L’être aimé est sur la même longueur d’onde que vous. Votre couple connaît un regain de passion.

Vierge

Financièrement, si vous avez une demande à effectuer, un conseil à solliciter, vous êtes écouté.

Balance

Vous savez parfaitement assumer vos responsabilités dans la concentration et le contrôle.

Scorpion

Sur le plan sentimental, vous êtes plus impliqué dans le couple ainsi que dans la vie de famille. Votre partenaire apprécie.

Sagittaire

Vous faites face à des retards, des contretemps, des déceptions professionnelles. Vous devez adopter de nouvelles méthodes de travail.

Capricorne

Sur le plan professionnel, toutes les propositions de collaboration ne sont pas bonnes à prendre. Vous devez faire un choix.

Verseau

Au travail, vos projets sont en bonne voie de réalisation. Mais vous êtes prudent.

Poissons

Si vous êtes célibataire, vous n’avez pas le cœur à sortir, à faire des rencontres, même amicales. Vous restez volontairement en retrait.

Facebook