Kaboul: trois Afghans blessés dans un attentat contre un convoi de l'Otan:

Publié le à Kaboul (AFP)

Les talibans ont visé dimanche un convoi militaire de l'OTAN blessant trois civils afghans à Kaboul, sans faire de victimes parmi les troupes danoises qui circulaient à bord du blindé touché, ont indiqué des responsables.

Selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur Najib Danish, il s'agissait d'un attentat à la voiture-suicide, lancée contre des blindés de l'opération Resolute Support (RS) dans le quartier de l'Université, dans l'ouest de la capitale afghane.

"Peu après 11H00 (06H30 GMT) un kamikaze a visé un convoi de troupes étrangères. Trois civils afghans ont été malheureusement blessés dans cette attaque", a déclaré M. Danish à l'AFP.

"Aucune victime de l'opération Resolute Support n'est à déplorer dans cette attaque qui n'a pas perturbé les opérations", a assuré pour sa part le porte-parole de RS, le capitaine Bill Salvin, joint par l'AFP, précisant qu'il s'agissait de troupes danoises.

Le porte-parole a évoqué un engin explosif non identifié (IED), sans mentionner de voiture suicide. RS s'employait à récupérer le blindé endommagé, a-t-il ajouté.

Les talibans, qui combattent le gouvernement de Kaboul et ses soutiens occidentaux, ont revendiqué l'attaque dans un message adressé à la presse par leur porte-parole, Zabihullah Mudjahib.

L'Otan compte près de 13.000 hommes déployés en Afghanistan, dont 8.400 Américains qui attendent quelque 3.000 troupes en renfort.

Leur principale mission est la formation et l'encadrement des forces de sécurité afghanes pour contrer l'insurrection talibane et le groupe Etat islamique.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.