La bataille entre Procter and Gamble et Nelson Peltz continue

Publié le à New York, 22 nov 2017 (AFP)

Le fonds d'investissement Trian du milliardaire et actionnaire activiste Nelson Peltz a affirmé mercredi que Procter and Gamble avait demandé un nouveau décompte des votes lui attribuant un siège au conseil d'administration mais le groupe a affirmé que ce n'était pas le cas.

"Quel que soit leur vote, les actionnaires de P&G devraient s'inquiéter du fait que P&G a décidé de perdre encore plus de temps et d'argent en contestant le décompte officiel établi par un inspecteur indépendant", a affirmé Trian dans un communiqué.

"Le décompte et le processus de contrôle vont continuer de détourner l'attention alors que la direction et le conseil d'administration devraient se concentrer sur l'amélioration des résultats et la reconquête de parts de marché", ajoute-t-on de même source.

Mais Procter and Gamble a affirmé dans un courriel à l'AFP que ces informations étaient "inexactes".

"Les informations selon lesquelles P&G a contesté les résultats du vote sont inexactes. Aucun recours n'a été porté", a indiqué un porte-parole du groupe. "Nos efforts se concentrent simplement sur le point d'assurer que tous les votes sont comptés et de manière exacte", a-t-il ajouté.

"P&G publiera les résultats après avoir reçu le rapport final et certifié de l'inspecteur indépendant de l'élection que nous faisons tout pour obtenir le plus rapidement possible", a ajouté le groupe.

Il s'agit du dernier rebondissement dans la lutte qui oppose depuis plusieurs mois M. Peltz à la direction actuelle du groupe, qui commercialise notamment les couches Pampers, les lessives Ariel, Tide, les produits ménagers Dawn, les rasoirs Gillette, les shampoings Head&Shoulders, les expectorants Vicks...

Le financier, qui a investi 3,5 milliards de dollars et détient ainsi près de 1,50% du capital de P&G, veut siéger au conseil d'administration pour influencer la stratégie de l'entreprise et obtenir notamment qu'elle taille davantage dans ses coûts et procède à une recomposition de ses activités pour relancer ses ventes.

Opposé à cette vision, le PDG David Taylor a engagé un bras de fer avec Nelson Peltz par médias interposés et avait ainsi annoncé le 10 octobre que les actionnaires avaient reconduit l'ensemble des onze administrateurs sortants.

Mais M. Peltz ne s'était pas avoué vaincu et avait demandé un nouveau comptage des voix parce que le vote était, selon lui, "trop serré". Le nouveau décompte effectué par un cabinet indépendant avait donné le 15 novembre un avantage de 42.780 voix à M. Peltz sur le dernier nom figurant sur la liste des candidats proposée par la direction.

jld/Dt/eb

PROCTER & GAMBLE

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.