La guerre en Syrie, plus de 350.000 morts, tragédie humaine "colossale"

Publié le à Beyrouth (AFP)

Plus de 350.000 morts, au moins la moitié de la population déracinée et un pays en ruines: déclenchée en mars 2011, la révolte en Syrie contre le régime de Bachar al-Assad s'est muée en une guerre dévastatrice et complexe.

"Ces sept années de guerre laissent derrière elles une tragédie humaine aux dimensions colossales", a déploré samedi le Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Filippo Grandi.

- Victimes -

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau d'informateurs à travers la Syrie, affirme que "353.935 personnes ont été tuées depuis le 15 mars 2011", dont 106.390 civils. Parmi ces derniers figurent "19.811 enfants et 12.513 femmes", selon un bilan rendu public lundi.

Dans ce pays qui comptait quelque 23 millions d'habitants avant le conflit, environ la moitié de la population a été contrainte de fuir son foyer en raison des combats.

L'ONG française Handicap International a affirmé lundi dans son dernier communiqué que trois millions de personnes ont été blessées. Parmi elles, un million et demi de personnes vivent aujourd'hui avec un handicap permanent, dont 86.000 ont dû être amputées, d'après l'ONG.

- Réfugiés -

Depuis le début du conflit, plus de 5,4 millions de Syriens ont fui à l'étranger, trouvant refuge pour la plupart dans les pays voisins, selon le Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (décembre 2017).

La Turquie accueille le plus grand nombre de Syriens enregistrés par le HCR, soit plus de 3,3 millions.

Au Liban, la vie est une lutte quotidienne pour près d?un million de réfugiés syriens qui vivent sans ressources financières ou presque, précise le HCR.

Suivent la Jordanie (657.000 enregistrés auprès du HCR, mais 1,3 million selon les autorités), l'Irak (plus de 246.000) et l'Égypte (126.000 Syriens).

Des centaines de milliers de Syriens ont aussi afflué en Europe, notamment en Allemagne.

- Emprisonnés, torturés -

En 2017, Amnesty International a accusé le régime d'avoir pendu quelque 13.000 personnes entre 2011 et 2015, dans la prison de Saydnaya, près de Damas, dénonçant une "politique d'extermination". Ces pendaisons s'ajoutent aux 17.700 personnes tuées dans les geôles du régime que l'organisation avait déjà recensées, selon elle.

Selon l'OSDH, au moins 60.000 personnes sont mortes sous la torture ou à cause des terribles conditions de détention dans les prisons du régime d'Assad. Un demi-million de personnes sont passées dans les geôles du pouvoir depuis le début de la guerre, d'après l'Observatoire.

Par ailleurs, "plusieurs milliers" de personnes ont péri dans les prisons de groupes rebelles et jihadistes (OSDH).

- Appauvris, assiégés -

Selon des experts, le conflit a fait revenir trois décennies en arrière l'économie syrienne dont la majorité des infrastructures est détruite.

Selon des responsables syriens, la production pétrolière est réduite à néant. Si l'énergie est le secteur le plus touché, tous les domaines d'activité ont été foudroyés par le conflit, selon eux.

En juillet 2017, la Banque mondiale (BM) a estimé le coût des pertes dues à la guerre à 226 milliards de dollars (183 milliards d'euros), soit l'équivalent de quatre fois le Produit intérieur brut (PIB) d'avant le conflit.

"La guerre en Syrie taille en pièces le tissu social et économique du pays", déclarait son vice-président pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. Le conflit a endommagé ou détruit 27% du parc de logements ainsi qu'environ la moitié des centres médicaux et d'éducation, d'après la BM.

Selon le bureau des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), "plus de 13 millions de personnes ont besoin d'aide et de protection, (...) tandis que 69% de la population vit dans une pauvreté extrême" (janvier 2018).

D'après le HCR, 2,98 millions de personnes sont dans des zones difficiles d'accès et dans des villes assiégées.

En octobre, l'ONU avait condamné la "privation de nourriture délibérée de civils" comme une tactique de guerre, après la publication de photos "choquantes" d'enfants squelettiques dans l'enclave rebelle de la Ghouta orientale proche de Damas, assiégée par l'armée syrienne. Le régime a lancé le 18 février une offensive meurtrière pour reconquérir cette enclave.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Les tensions avec votre partenaire sont palpables. Sans vous en rendre compte, vous mettez tout votre entourage mal à l’aise.

Taureau

Votre partenaire a besoin de tendresse, de sérénité, mais aussi de fantaisie et d’imprévu.

Gémeaux

Vous engagez une discussion avec vos enfants. Elle permettra de régler un problème sous-jacent, mais non exprimé encore.

Cancer

Vous avez l’art de provoquer l’attachement de l’être aimé. Vous multipliez les petites attentions.

Lion

Pas question de vous ménager lorsqu’il s’agit de faire aboutir un projet personnel ou professionnel.

Vierge

Vous êtes victime de blocages et de retards imprévus, qui vous demandent un surcroît de travail.

Balance

Vous voyez plus clair en vous-même si vous devez prendre une importante décision concernant votre vie conjugale.

Scorpion

La distraction vous perd aujourd’hui. Vous égarez un objet auquel vous tenez, vous oubliez de faire quelque chose d’essentiel.

Sagittaire

N’attendez pas pour régler certains problèmes financiers. Au contraire, cherchez une solution aussi rapidement que possible.

Capricorne

Vos propositions ne font pas l’unanimité. Vous devez insister, vous battre pour les faire respecter.

Verseau

Côté cœur, l’harmonie conjugale est au beau fixe. Vous nourrissez votre complicité.

Poissons

Les propositions professionnelles ne manquent pas. L’une d’entre elles fait l’objet d’une réflexion.

Facebook