La justice argentine ordonne la remise en liberté d'un ex-vice-président de Kirchner

Publié le à Buenos Aires (AFP)

La justice argentine a ordonné vendredi la remise en liberté d'Amado Boudou, vice-président de Cristina Kirchner de 2011 à 2015, placé en détention préventive début novembre dans une affaire d'enrichissement illicite et blanchiment.

La Cour fédérale en matière criminelle et correctionnelle a ordonné que "la détention préventive" de M. Boudou "soit révoquée" et ordonné "sa libération immédiate".

"Ce n'est plus qu'une question d'heures avant qu'il ne recouvre la liberté", a déclaré son avocat, Eduardo Durañona, à une télévision argentine.

Selon lui, l'ancien responsable sera transferé dans une résidence située dans le quartier de Barracas, à Buenos Aires.

M. Boudou, 55 ans, était théoriquement le deuxième personnage de l'État pendant le second mandat de Cristina Kirchner (2011-2015), mais son rôle était essentiellement protocolaire.

Les faits qui lui sont reprochés concernent la période où il était ministre de l'Economie (2009-2011).

Mme Kirchner elle-même a été mise en examen dans plusieurs affaires de malversations alors qu'elle présidait l'Argentine, de 2007 à 2015, tout comme un de ses ministres clé, Julio De Vido, également poursuivi pour corruption.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.