Liban: arrestation du meurtrier présumé d'une employée de l'ambassade britannique

Publié le à Beyrouth (AFP)

Le meurtrier présumé d'une Britannique travaillant au sein de l'ambassade de son pays à Beyrouth a été arrêté lundi à l'aube par les forces de sécurité libanaises, a-t-on indiqué de source sécuritaire.

Employée rattachée au Département de développement international de Grande-Bretagne (DFID), Rebecca Dykes a été retrouvé morte samedi soir au nord de Beyrouth, une ficelle autour du cou et présentant des signes d'étranglement.

Le meurtrier présumé a été arrêté "à l'aube" lundi, a déclaré lundi à l'AFP un responsable de sécurité sous le couvert de l'anonymat.

Il n'a pas été en mesure de fournir plus de détails sur l'identité de cet homme, mais a également exclu toute "motivation politique" derrière ce crime.

Un autre responsable avait évoqué dimanche la thèse du viol.

"Toute l'ambassade est profondément choquée et attristée par cette nouvelle", a réagi dimanche l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Beyrouth, Hugo Shorter, en présentant ses condoléances à la famille de "Becky".

"Nous travaillons étroitement avec les autorités libanaises qui mènent l'enquête policière", a-t-il ajouté dans le communiqué, auquel était jointe une photo de la jeune femme souriante.

"Nous sommes dévastés par la mort de notre Rebecca bien-aimée. Nous faisons tout notre possible pour comprendre ce qui s'est passé", a de son côté indiqué la famille dans un communiqué transmis par le ministère britannique des Affaires étrangères.

De tels crimes sont rares dans la capitale libanaise, considérée comme relativement sûre pour les touristes et l'importante communauté expatriés qui y réside.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.