Mahmoud Abbas demande à l'UE de reconnaître l'Etat de Palestine

Publié le à Bruxelles (AFP)

En froid avec Washington, le président palestinien Mahmoud Abbas va demander formellement à l'UE de reconnaître l'Etat de Palestine lors de sa rencontre lundi à Bruxelles avec les chefs de la diplomatie européenne.

Le président Abbas "attend des ministres européens des Affaires étrangères qu'ils reconnaissent collectivement l'Etat de Palestine", "comme la façon de répondre" à la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, a déclaré dimanche soir à l'AFP le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki.

"C'est vraiment important", a-t-il insisté.

Le chef de l'Autorité palestinienne doit être reçu lundi, lors d'un déjeuner de travail, par la cheffe de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini et les 28 ministres des Affaires étrangères, en marge de leur réunion mensuelle, comme l'avait été le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le 11 décembre.

"Si les Européens veulent jouer un rôle, alors ils doivent être équitables dans leur traitement des deux parties et cela devrait commencer avec la reconnaissance de l'Etat de Palestine", a plaidé le chef de la diplomatie palestinienne.

Mais si l'UE veut contribuer à relancer le processus de paix, au point mort depuis 2014, pour sauvegarder la "solution à deux Etats", il est clair que la reconnaissance d'un Etat palestinien, qui dépend d'abord de chaque capitale, n'est pas aujourd'hui sur l'agenda de Bruxelles.

Car malgré le rappel constant des "positions inchangées" de l'UE --sur la solution à deux Etats dans les frontières de 1967, la colonisation israélienne ou le statut de Jérusalem--, les 28 ne peuvent masquer des "divergences de vue et des différences d'approche", reconnaît-on à Bruxelles.

Tout au plus, selon des sources diplomatiques, les Européens pourraient proposer la perspective d'un "accord d'association" entre l'UE et l'AP, comme il en existe un avec Israël ou le Kosovo. Même si un tel accord doit être signé avec un Etat souverain.

La France, notamment, est ouverte à cette idée.

- Fin du 'monopole' américain -

M. Malki a toutefois estimé que, même si l'Autorité palestinienne est "très sérieuse" à propos d'un accord d'association, il ne saurait se substituer à une reconnaissance en bonne et due forme.

"L'un ne remplace pas l'autre. Absolument pas", a insisté M. Malki.

Ce dernier a par ailleurs assuré que Mahmoud Abbas "reste engagé" dans le processus de paix au Proche-Orient, face aux craintes de certains Etats membres après le récent discours courroucé du président palestinien déclarant "la fin" des accords de paix d'Oslo (1993), censés conduire au règlement négocié du conflit israélo-palestinien.

"Il va dire (aux Européens): +Je ne vais pas me retirer du processus de paix. Je resterai engagé, mais je déclare que le monopole de l'administration américaine à être le seul médiateur du processus de paix est terminé+", a expliqué M. Malki.

La direction palestinienne considère en effet que "puisque la décision de Trump (sur Jérusalem) a changé les règles du jeu", les Etats-Unis se sont eux-même exclus du rôle de médiateur.

La visite de Mahmoud Abbas à Bruxelles coïncide avec une tournée sous tension du vice-président américain Mike Pence au Proche-Orient (Egypte, en Jordanie et en Israël), boycottée par les dirigeants palestiniens.

Ces derniers rejettent d'ores et déjà l'initiative de paix que Washington est censé présenter à une échéance encore indéfinie.

Il y a une semaine, devant la direction de l'OLP (Organisation de libération de la Palestine), M. Abbas a qualifié de "claque du siècle" la volonté affichée par Donald Trump de présider à "l'accord (diplomatique) ultime" entre Israéliens et Palestiniens.

"Il est très clair pour nous qu'il ne pas attendre jusqu'à ce que les Américains présentent leur plan", a estimé dimanche le ministre palestinien des Affaires étrangères.

"Les Américains devraient comprendre que les Palestiniens, les Arabes, personne n'acceptera un plan américain qui ne comprenne pas Jérusalem, qui ne comprenne pas les colonies, qui ne comprenne pas les réfugiés", a martelé M. Malki.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Au travail, vous vous retrouvez dans une situation compliquée. Vous craignez de ne pas pouvoir vous en sortir. Et pourtant !

Taureau

Vous risquez de faire fausse route à propos d’une personne que vous venez de rencontrer.

Gémeaux

Tâchez d’éviter les conflits au travail. Commencez par ne pas vous occuper des affaires des autres.

Cancer

Vous êtes assez loin de l’harmonie conjugale ou familiale dont vous rêvez. Il y a des choses à changer absolument.

Lion

Vous saisissez une opportunité professionnelle. Toutes les pistes sont bonnes à exploiter.

Vierge

Attention ! Des complications sont à prévoir dans votre travail. Rien ne se passe comme souhaité.

Balance

En couple, vous bousculez la monotonie dans laquelle vous êtes installé. Vous aspirez à un réel changement.

Scorpion

La période est loin d’être optimale sur le plan financier. Ne faites pas de dépenses inconsidérées.

Sagittaire

Ne vous attardez pas sur un problème lié à votre passé. Prenez une décision tout de suite !

Capricorne

Vous engagez délibérément plusieurs projets à la fois. Vous ne craignez pas d’être complètement dépassé.

Verseau

Une rentrée d’argent est retardée. Vous devez vous adapter et revoir votre projet à la baisse.

Poissons

Vous développez un projet ambitieux pour votre carrière. Ne comptez toutefois sur personne pour vous soutenir.

Facebook