Nicaragua: des milliers d'opposants réclament le départ d'Ortega

Publié le à Managua (AFP)

Des milliers de Nicaraguayens ont défilé samedi à Managua pour demander le départ du président Daniel Ortega et la fin de la persécution et de l'emprisonnement de citoyens qui réclament de "vivre en liberté", quatre mois après le début de la crise qui a fait plus de 300 morts.

"Liberté, si le président ne part pas, nous le chasserons !", ont scandé les manifestants qui ont défilé pacifiquement en brandissant des drapeaux nicaraguayens dans les rues du sud-ouest de la capitale et au son de chants révolutionnaires et des vuvuzelas.

"Nous voulons que Daniel Ortega s'en aille", a déclaré à l'AFP Juan Silva, 31 ans, le visage dissimulé derrière une écharpe.

"Nous défilons pour dire au gouvernement que nous nous opposons aux abus qu'il commet, que nous voulons vivre en liberté", a ajouté à ses côtés Maria Guevara, 49 ans.

La manifestation était organisée à l'appel de l'Alliance civique pour la justice et la démocrate, coalition d'opposition qui regroupe des étudiants, des chefs d'entreprise et des représentants de la société civile, quatre mois jour pour jour après le début des marches antigouvernementales, le 18 avril.

Les manifestations de l'opposition ont commencé contre une réforme de la sécurité sociale - abandonnée depuis - pour se durcir ensuite et s'étendre à tout le pays en réaction à une violente répression, qui a fait plus de 300 morts.

En juillet, les forces anti-émeutes et paramilitaires ont repris par la force le contrôle de villes et artères occupées par les manifestants, avant qu'une vague de répression ne s'abatte sur les opposants.

Depuis, des milliers de Nicaraguayens ont fui le pays pour se réfugier notamment au Costa Rica voisin de peur d'être interpellés. Des centaines d'autres ont été arrêtés pour "terrorisme" et d'autres délits retenus par le parquet contre les participants aux manifestations.

Daniel Ortega, 72 ans, ex-leader de la révolution sandiniste au pouvoir de 1979 à 1990 avant de revenir en 2007, accuse ses opposants de faire partie d'un plan financé par les Etats-Unis pour s'emparer du pouvoir par la force. Le président assure que la situation du pays est redevenue "normale".

"Rien n'est normal" au Nicaragua, ont répondu les manifestants samedi, qui comptent poursuivre la mobilisation en dépit des menaces jusqu'au départ du président.

Les opposants à Daniel Ortega l'accusent de corruption, de népotisme et d'avoir instauré une dictature avec son épouse Rosario Murillo, qui est vice-présidente. Ils demandent que l' élection présidentielle prévue en 2021 soit avancée au mois de mars 2019, ce que refuse M. Ortega.

"Nous allons maintenir la pression malgré la répression. Rien ne nous arrêtera", a averti un manifestant disant se prénommer Juan.

Dans un autre point de la capitale, des milliers de partisans du parti sandiniste au pouvoir ont marché jusqu'à l'avenue Bolivar pour réclamer que les manifestants antigouvernementaux soient punis pour leurs "crimes".

"Il faut que les terroristes paient", a déclaré la militante sandiniste Julia Betancourt à un media gouvernemental.

Le gouvernement reconnaît 198 morts au cours des manifestations, en imputant la responsabilité aux manifestants.

"Toute notre population réclame justice" pour ces morts, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Denis Moncada au cours de ce rassemblement militant de masse. Les partisans du pouvoir ont signé une lettre adressée au président Ortega pour lui demander de traduire devant les tribunaux les représentants du "terrorisme putschiste".

Le rassemblement s'est conclu par des chansons en hommage à Daniel Ortega.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Les tensions avec votre partenaire sont palpables. Sans vous en rendre compte, vous mettez tout votre entourage mal à l’aise.

Taureau

Votre partenaire a besoin de tendresse, de sérénité, mais aussi de fantaisie et d’imprévu.

Gémeaux

Vous engagez une discussion avec vos enfants. Elle permettra de régler un problème sous-jacent, mais non exprimé encore.

Cancer

Vous avez l’art de provoquer l’attachement de l’être aimé. Vous multipliez les petites attentions.

Lion

Pas question de vous ménager lorsqu’il s’agit de faire aboutir un projet personnel ou professionnel.

Vierge

Vous êtes victime de blocages et de retards imprévus, qui vous demandent un surcroît de travail.

Balance

Vous voyez plus clair en vous-même si vous devez prendre une importante décision concernant votre vie conjugale.

Scorpion

La distraction vous perd aujourd’hui. Vous égarez un objet auquel vous tenez, vous oubliez de faire quelque chose d’essentiel.

Sagittaire

N’attendez pas pour régler certains problèmes financiers. Au contraire, cherchez une solution aussi rapidement que possible.

Capricorne

Vos propositions ne font pas l’unanimité. Vous devez insister, vous battre pour les faire respecter.

Verseau

Côté cœur, l’harmonie conjugale est au beau fixe. Vous nourrissez votre complicité.

Poissons

Les propositions professionnelles ne manquent pas. L’une d’entre elles fait l’objet d’une réflexion.

Facebook