Samsung Electronics annonce la démission de son pdg, prévoit un bénéfice record

Publié le à Séoul, 13 oct 2017 (AFP)

Le géant sud-coréen Samsung Electronics, qui cherche à tourner la page du scandale de corruption qui a valu à l'héritier de l'empire d'être emprisonné, a annoncé vendredi la démission de son pdg ainsi qu'une prévision de bénéfices opérationnels record.

Le pdg du géant sud-coréen Samsung Electronics, Kwon Oh-Hyun, va quitter l'entreprise qui s'est retrouvée engluée dans le vaste scandale ayant emporté l'ancienne présidente du pays, Mme Park Geun-Hye.

"Alors que nous sommes confrontés à une crise sans précédent dans l'ensemble de la compagnie, je crois que l'heure est venue pour elle de prendre un nouveau départ, avec un esprit neuf et une direction plus jeune, afin de mieux répondre aux défis intrinsèques d'une industrie de la technologie qui se transforme rapidement", a déclaré M. Kwon dans un communiqué.

Vice-président de Samsung Electronics et fils du président du groupe Samsung, Lee Jae-Yong a été condamné en août à cinq ans de prison, notamment pour corruption, abus de bien sociaux ou encore parjure dans ce scandale à tiroirs en lien avec des versements à la confidente de l'ombre de Mme Park, Choi Soon-Sil.

Samsung a annoncé au même moment tabler sur un bénéfice opérationnel record au troisième trimestre sous l'effet des ventes florissantes de semi-conducteurs.

Pour la période de juillet à septembre, ce bénéfice va ressortir à 14.500 milliards de wons, soit 10,8 milliards d'euros, un record historique pour un résultat trimestriel de Samsung, près du triple des 5.200 milliards de wons de l'année dernière.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.