Seconde journée du scrutin présidentiel tchèque

Publié le à Prague (AFP)

Le vote a repris samedi matin en République tchèque pour la fin de l'élection présidentielle qui met en lice huit candidats libéraux face au chef de l'Etat sortant Milos Zeman, pro-russe et pro-chinois, attaqué la veille par une militante féministe Femen.

Le vote au suffrage universel direct à deux tours s'annonce assez difficile pour M. Zeman, vétéran de la gauche tchèque connu pour ses manières brusques et aussi son hostilité à l'immigration musulmane.

Parmi les autres candidats en lice, son principal rival est l'ex-patron de l'Académie des Sciences, le pro-européen Jiri Drahos, candidat préféré des intellectuels et des habitants des grandes villes.

Interrompu pour la nuit, le vote de ce premier tour étalé sur deux jours a lieu samedi entre 07H00 et 13H00 GMT. Les premiers résultats significatifs devraient être connus dans l'après-midi.

M. Zeman, qui bénéficie notamment du soutien des milieux ruraux, f&it figure de favori pour le premier tour devant M. Drahos. Toutefois, selon un sondage, M. Drahos, 68 ans, pourrait l'emporter au second tour prévu les 26 et 27 janvier, grâce aux reports de voix.

Au premier jour du scrutin vendredi, une jeune militante ukrainienne du groupe féministe radical Femen s'est ruée sur M. Zeman peu après l'entrée de ce dernier dans un bureau de vote.

Elle a crié plusieurs fois "Zeman - Putin's slut" (Zeman, putain de Poutine), avant d'être rapidelment maîtrisée par la garde rapprochée du chef de l'Etat.

Cette attaque faisait l'objet samedi de la une des principaux quotidiens pragois et pourrait avoir une incidence sur le scrutin.

"Les détracteurs du président qui aimeraient bien rire d'une +anecdote électorale+ ne peuvent pas le faire. L'acte de cette activiste a mobilisé une partie des électeurs qui était initialement décidée à bouder les élections et qui ira voter maintenant Zeman", estimait samedi le quotidien Lidove Noviny.

Le président sortant tchèque a plusieurs fois dans le passé appelé à "en finir" avec les sanctions économiques européennes visant la Russie à la suite de la guerre dans l'est de l'Ukraine.

En mai 2015, il a participé à Moscou aux cérémonies anniversaires de la victoire sur l'Allemagne nazie boudées par la plupart des dirigeants occidentaux.

- 'Invasion organisée' -

Dans un pays majoritairement hostile à l'immigration, il trouve un écho favorable quand il qualifie la crise migratoire d'"invasion organisée" et décrit les musulmans comme "impossibles à intégrer".

"Le président devrait oeuvrer en vue d'unir la société. L'actuel président n'unit pas les gens, il les divise", a déclaré de son côté M. Drahos après avoir voté vendredi à Prague.

"J'ai voté Zeman, je pense que ses opinions sont les plus consistantes. Les autres candidats, ce n'est qu'une matière informe, je ne vois aucune raison de les choisir", a expliqué à l'AFP le Pragois Martin Sauta.

"Si je vais voter, je voterai Drahos. Il paraît être un homme honnête et surtout j'en ai ras-le-bol de Zeman", confiait en revanche Eva Simova, 53 ans, propriétaire d'un bar à vins dans la capitale tchèque.

Le scrutin présidentiel se tient parallèlement à la formation laborieuse d'un nouveau gouvernement issu des législatives d'octobre 2017.

A la mi-décembre, M. Zeman a nommé un cabinet minoritaire dirigé par Andrej Babis, populiste milliardaire et chef du mouvement centriste ANO, qui selon toute vraisemblance n'obtiendra pas la confiance du Parlement. M. Babis a apporté son soutien au président sortant.

Née en Ukraine d'un père angolais, la "sextrémiste" identifiée comme Angelina Diash par le groupe Femen, a été placée en garde à vue pour 48 heures et risque d'être traduite en justice pour trouble à l'ordre public.

"L'attaquante était une femme torse nu et non un homme armé d'un poignard ou d'un pistolet. On aurait pu avoir ici des obsèques d'Etat", a estimé un expert des questions de sécurité, Andor Sandor, dans les colonnes du quotidien Pravo en critiquant le manque de prudence de la garde rapprochée du président.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Les tensions avec votre partenaire sont palpables. Sans vous en rendre compte, vous mettez tout votre entourage mal à l’aise.

Taureau

Votre partenaire a besoin de tendresse, de sérénité, mais aussi de fantaisie et d’imprévu.

Gémeaux

Vous engagez une discussion avec vos enfants. Elle permettra de régler un problème sous-jacent, mais non exprimé encore.

Cancer

Vous avez l’art de provoquer l’attachement de l’être aimé. Vous multipliez les petites attentions.

Lion

Pas question de vous ménager lorsqu’il s’agit de faire aboutir un projet personnel ou professionnel.

Vierge

Vous êtes victime de blocages et de retards imprévus, qui vous demandent un surcroît de travail.

Balance

Vous voyez plus clair en vous-même si vous devez prendre une importante décision concernant votre vie conjugale.

Scorpion

La distraction vous perd aujourd’hui. Vous égarez un objet auquel vous tenez, vous oubliez de faire quelque chose d’essentiel.

Sagittaire

N’attendez pas pour régler certains problèmes financiers. Au contraire, cherchez une solution aussi rapidement que possible.

Capricorne

Vos propositions ne font pas l’unanimité. Vous devez insister, vous battre pour les faire respecter.

Verseau

Côté cœur, l’harmonie conjugale est au beau fixe. Vous nourrissez votre complicité.

Poissons

Les propositions professionnelles ne manquent pas. L’une d’entre elles fait l’objet d’une réflexion.

Facebook