Turquie: 4 morts, 20 disparus, dans le naufrage d'un bateau de migrants

Publié le à Istanbul (AFP)

Quatre personnes sont mortes et jusqu'à 20 autres étaient recherchées par les autorités vendredi après le naufrage d'un bateau qui transportait des migrants dans la mer Noire, au large de la côté turque, selon l'agence progouvernementale Anadolu.

Trente-huit migrants avaient été secourus en milieu de matinée, mais les recherches se poursuivaient pour 15 à 20 autres personnes, selon Anadolu.

Le naufrage a eu lieu à environ 60 milles marins de Kefken, dans le nord-ouest de la Turquie, a précisé l'agence de presse privée Dogan, ajoutant que l'origine et la destination du bateau de pêche n'étaient pas encore connues.

La nationalité des migrants qui étaient à bord de l'embarcation n'était pas connue dans l'immédiat.

La semaine dernière, déjà, 150 migrants avaient été secourus par les autorités roumaines qui sont confrontées à une accélération des passages via la mer Noire en provenance de Turquie, qui accueille plus de 3 millions de réfugiés, principalement syriens et irakiens.

La Roumanie, globalement épargnée jusqu'ici par les flux migratoires, redoute que la mer Noire devienne un trajet alternatif au passage par la Méditerranée pour les clandestins cherchant à gagner l'Europe.

Quelque 570 migrants ont été interceptés par les autorités roumaines sur cette voie maritime au cours du dernier mois, alors qu'ils n'avaient été qu'une poignée depuis 2015.

Ce trajet permet en effet d'éviter la Grèce, où les nouveaux arrivants risquent l'expulsion vers la Turquie en vertu d'un accord controversé conclu en mars 2016 entre l'UE et Ankara.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.