Turquie-Union européenne: l'heure du "plan B" ?

Publié le à Istanbul (AFP)

Après des années de négociations tourmentées, la Turquie et l'Union européenne entrent dans une phase de recentrage des relations sur une coopération renforcée dans certains domaines, plutôt qu'une adhésion à part entière d'Ankara, selon les analystes.

Les relations entre la Turquie et l'UE ont atteint des profondeurs abyssales en 2017: le processus d'adhésion est entré en hibernation et le président Recep Tayyip Erdogan a choqué en accusant des pays membres, dont l'Allemagne, d'avoir recours à des "pratiques nazies".

Le chef de l'Etat turc a toutefois entamé la nouvelle année avec un état d'esprit différent, effectuant début janvier un déplacement très commenté à Paris, suivi d'une visite de son ministre des Affaires étrangères en Allemagne.

En écho, des dirigeants européens ont lancé un appel au réalisme, le président français Emmanuel Macron déclarant devant son hôte turc, le 5 janvier, qu'il était temps de "sortir de l'hypocrisie" selon laquelle les négociations Ankara-UE pourraient progresser.

"Des deux côtés, on comprend que le processus d'adhésion est mort, qu'il n'avancera pas de sitôt", explique à l'AFP Asli Aydintasbas, experte au Conseil européen des relations internationales.

"Il s'agit désormais d'un nouvel arrangement et d'une relation transactionnelle avec les Etats membres de l'Union européenne", poursuit-elle, ajoutant que cela impliquerait davantage de visites bilatérales et une importance accrue du commerce.

"Ankara voit les choses ainsi et ne se fait pas d'illusions au sujet d'une revitalisation du processus d'adhésion", souligne Mme Aydintasbas.

- D''allié' à 'partenaire'? -

Le putsch manqué du 15 juillet 2016 en Turquie a marqué un tournant dans les relations entre Ankara et l'UE, le président Erdogan accusant les Européens de manquer de solidarité avec son pays, alors que Bruxelles s'alarmait de l'ampleur de la répression tous azimuts.

De plus, M. Erdogan répète souvent que la Turquie est "fatiguée" d'attendre "dans l'antichambre" de l'UE.

Ankara, qui a manifesté dès les années 1950 sa volonté de rejoindre la Communauté économique européenne (qui deviendra l'UE en 1993), a formellement entamé les négociations d'adhésion avec Bruxelles en octobre 2005.

Mais les tractations se sont vite enlisées: sur les 35 chapitres thématiques que comptent les négociations, 16 ont été ouverts, le dernier en juin 2016.

"Nous devons sortir d'une hypocrisie qui consiste à penser qu'une progression naturelle vers l'ouverture de nouveaux chapitres est possible", a déclaré M. Macron début janvier.

Pour Marc Pierini, chercheur à Carnegie Europe et ancien ambassadeur de l'UE en Turquie, Ankara ne répond plus aux critères nécessaires à l'avancée des négociations "en raison de ses propres choix", notamment sur la question de l'Etat de droit.

"Sur le fond, nous assistons à une rétrogradation de la relation: de deux alliés politiques à deux partenaires qui coopèrent sur un certain nombre de dossiers comme la lutte antiterroriste, le commerce et les réfugiés", observe-t-il.

Les déclarations du président français signalent un "changement de paradigme" dans la relation entre Ankara et Bruxelles, résumé par une "coopération en vue de buts communs", abonde Sedat Ergin, chroniqueur au quotidien Hürriyet.

- 'Seconde classe' -

Les observateurs citent régulièrement un assouplissement des visas et une mise à jour de l'accord d'union douanière comme une alternative à l'adhésion de la Turquie à l'UE.

Mais le ministre turc des Affaires européennes, Omer Celik, a assuré samedi que la Turquie ne saurait accepter un "partenariat privilégié", qu'il a comparé à un "statut de seconde classe".

Ce débat survient alors que la Turquie traverse une phase diplomatique délicate: les relations avec le traditionnel allié américain sont fortement tendues, et la coopération pragmatique avec la Russie ne fait pas oublier la rivalité ancienne entre Ankara et Moscou.

En outre, la Turquie est directement concernée par la redistribution des cartes au Proche-Orient depuis l'irruption du prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane.

Or, en dépit des tensions l'an passé, l'UE reste de loin le premier partenaire commercial d'Ankara, tandis que la Turquie est pour l'Europe le quatrième marché à l'export.

La rencontre, début janvier, entre les chefs de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel et turque Mevlüt Cavusoglu a permis de sceller le dégel des relations entre leurs deux pays, même si le sort de ressortissants allemands écroués en Turquie continue de peser.

"La Turquie s'adoucit vis-à-vis de l'Europe", constate Mme Aydintasbas, "les dirigeants d'Ankara s'efforcent de s'éloigner du ton acerbe" qui prévalait l'an dernier.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Sans doute devez-vous rompre avec une situation ou un mode de vie qui ne vous convient plus.

Taureau

Ce début de semaine est complexe. Vous avez la sensation d’être bloqué à tous les niveaux.

Gémeaux

C’est sans doute le bon moment pour accorder de nouveau toute votre confiance à votre partenaire.

Cancer

Peut-être avez-vous un problème d’ego ou une position professionnelle que vous ne parvenez pas à conserver ou atteindre.

Lion

Vous avez encore du pain sur la planche avant d’engranger vos premiers résultats. Patience…

Vierge

Si vous entrez dans une période de chance, vous tendez à devenir trop insouciant sur le plan financier.

Balance

Vous êtes partagé entre vos relations professionnelles, affectives et familiales. En privilégier une, c’est forcément affecter l’autre.

Scorpion

Vous gravissez les échelons de votre hiérarchie avec une facilité déconcertante.

Sagittaire

Si vous êtes toujours un cœur à prendre, il n’est pas impossible qu’une personne déclare ses sentiments d’ici ce soir.

Capricorne

Essayez de vous impliquer davantage dans votre travail. Commencez par vous montrer plus participatif au sein d’un groupe.

Verseau

Affirmez votre engagement. Soyez volontaire. Ne prenez pas le risque de passer à côté des changements bénéfiques qui s’annoncent.

Poissons

Votre partenaire est là pour vous raisonner, vous ouvrir les yeux ou vous faire changer d’attitude.

Facebook