Jamal Khashoggi - La Turquie demande une enquête internationale sur l'affaire Khashoggi

Publié le à ISTANBUL (TUR)

La Turquie a demandé mercredi l'ouverture d'une enquête internationale sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, commis le 2 octobre au consulat de son pays à Istanbul, et dont Ankara accuse les autorités de Ryad."A ce stade, nous estimons qu'une enquête internationale est indispensable", a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, cité par l'agence de presse publique Anatolu. "Au début nous avions dit que nous formions un groupe de travail avec l'Arabie saoudite et que nous n'avions pas le projet de porter (l'affaire) devant une cour internationale", a encore dit M. Cavusoglu, s'exprimant au Parlement. Mais il a ajouté que le gouvernement turc avait changé d'avis. "Nous ferons tout pour faire la lumière sur tous les aspects de ce meurtre", a-t-il encore déclaré. Jamal Khashoggi, un éditorialiste saoudien critique du pouvoir à Ryad, a été tué le 2 octobre au consulat de son pays à Istanbul où il s'était rendu pour effectuer des démarches administratives. Plus d'un mois après la mort du journaliste à l'âge de 59 ans, son corps n'a toujours pas été retrouvé. Selon la presse turque, les enquêteurs estiment que les meurtriers ont démembré puis dissous sa dépouille à l'acide. Depuis le début de l'affaire, le pouvoir turc, qui décrit un "meurtre prémédité" commis par une équipe de 15 agents saoudiens, s'est efforcé de maintenir la pression sur Ryad grâce à des "fuites" dans la presse locale largement reprises par les médias internationaux. Après avoir d'abord fermement nié son meurtre, les autorités saoudiennes ont fini par affirmer que le journaliste avait été tué au cours d'une opération "non autorisée" par Ryad. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé samedi avoir partagé notamment avec Ryad, Washington et Paris des enregistrements portant sur le meurtre de Jamal Khashoggi. Ces déclarations ont entraîné une polémique avec Paris, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian ayant affirmé n'avoir "pas connaissance" d'un partage d'informations par la Turquie, et évoqué un "jeu politique" d'Ankara. (Belga)
© 2018 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

Betfirst - Livepartners

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Votre couple ou votre vie de famille passe au premier plan. Vous veillez à recréer une entente parfaite.

Taureau

Vous menez votre barque, tant sur le plan financier que professionnel. Vous avez le courage de vos opinions.

Gémeaux

Vos enfants n’en font qu’à leur tête. Vous allez devoir les cadrer au plus vite pour ne pas être débordé.

Cancer

Vous réagissez à la moindre remarque. Le dialogue avec vos interlocuteurs est rompu.

Lion

Même si vous vous engagez dans quelques dépenses, vous restez néanmoins lucide sur votre budget.

Vierge

Vous vous sentez seul face à une grande décision qu’il vous faut prendre dans une certaine urgence.

Balance

Vous tendez à remettre à demain certaines tâches dont vous ne pouvez pas faire l’impasse.

Scorpion

En couple, vous déplorez votre quotidien insipide, tandis qu’aucune rencontre ne marque les cœurs solitaires.

Sagittaire

Vous demandez à votre employeur ou un client un délai supplémentaire pour terminer ce que vous avez entrepris ou promis.

Capricorne

Ne cédez pas à la tentation d’une relation ou d’une aventure sans lendemain. L’herbe n’est pas plus verte ailleurs.

Verseau

Votre audace ou votre esprit d’entreprise est remarqué par votre employeur. Vous pouvez prétendre à une promotion.

Poissons

Vous êtes très complice avec votre partenaire. Vous vous laissez aller à quelques confidences.

Facebook