Un Turc de Belgique sur deux inscrit sur les listes électorales a voté

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Sur les quelque 140.000 citoyens turcs résidant en Belgique et enregistrés sur les listes électorales, un sur deux s'est déplacé pour glisser dans l'urne le bulletin de son candidat à la présidentielle et renouveler le parlement turc. Le taux de participation des Turcs de Belgique s'est élevé à respectivement 50,83% pour les élections législatives et 51,25% pour la présidentielle, selon les estimations disponibles lundi au lendemain du scrutin.La communauté turque de Belgique compte environ 250.000 citoyens. Quelque 140.000 d'entre eux s'étaient inscrits au préalable pour pouvoir voter entre le 15 et le 19 juin aux élections qui se sont tenues en Turquie hier/dimanche, selon des chiffres de l'ambassade de Turquie à Bruxelles. Parmi ces inscrits, une personne sur deux a effectivement voté. Les votants ont en majorité (74,85%) plébiscité la réélection du président sortant Recep Tayyip Erdogan, tandis qu'ils étaient 15% à soutenir son rival social-démocrate Muharrem Ince. Le candidat du parti prokurde HDP, Selahattin Demirtas, a quant à lui obtenu 6,6% des voix des Turcs de Belgique. Aux législatives, le parti islamo-conservateur AKP de M. Erdogan a emporté 64,35% des suffrages "belgo-turcs", contre 10,6% pour le Parti républicain du peuple (CHP), laïque, de M. Ince. Le Parti d'action nationaliste (MHP) arrive troisième avec 9,7%, suivi de près (9,6%) par le Parti démocratique des peuples (HDP), ancré à gauche et défenseur de la minorité kurde. Recep Tayyip Erdogan dirige la Turquie depuis 2003, d'abord en tant que Premier ministre puis en tant que président à partir de 2014. Les élections de dimanche marquent un tournant dans l'histoire parlementaire du pays puisque le chef de l'État bénéficiera de pouvoirs étendus pour ce nouveau mandat. Approuvé lors d'un référendum parlementaire tenu en 2017, ce nouveau régime présidentiel octroie la totalité du pouvoir exécutif au "Reïs" (chef) Erdogan. M. Erdogan a emporté dimanche la victoire au premier tour de l'élection présidentielle avec 52,5% des votes, après dépouillement de plus de 99% des urnes. (Belga)
© 2018 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Les tensions avec votre partenaire sont palpables. Sans vous en rendre compte, vous mettez tout votre entourage mal à l’aise.

Taureau

Votre partenaire a besoin de tendresse, de sérénité, mais aussi de fantaisie et d’imprévu.

Gémeaux

Vous engagez une discussion avec vos enfants. Elle permettra de régler un problème sous-jacent, mais non exprimé encore.

Cancer

Vous avez l’art de provoquer l’attachement de l’être aimé. Vous multipliez les petites attentions.

Lion

Pas question de vous ménager lorsqu’il s’agit de faire aboutir un projet personnel ou professionnel.

Vierge

Vous êtes victime de blocages et de retards imprévus, qui vous demandent un surcroît de travail.

Balance

Vous voyez plus clair en vous-même si vous devez prendre une importante décision concernant votre vie conjugale.

Scorpion

La distraction vous perd aujourd’hui. Vous égarez un objet auquel vous tenez, vous oubliez de faire quelque chose d’essentiel.

Sagittaire

N’attendez pas pour régler certains problèmes financiers. Au contraire, cherchez une solution aussi rapidement que possible.

Capricorne

Vos propositions ne font pas l’unanimité. Vous devez insister, vous battre pour les faire respecter.

Verseau

Côté cœur, l’harmonie conjugale est au beau fixe. Vous nourrissez votre complicité.

Poissons

Les propositions professionnelles ne manquent pas. L’une d’entre elles fait l’objet d’une réflexion.

Facebook