BSF, suite et fin: l'énergie de dEUS, l'éclectisme joyeux d'Arsenal, le charisme de Jared Leto