Beauté & Mode Au-delà du fait que Serena Williams, 36 ans, 26e joueuse mondiale au classement WTA, ancienne numéro un mondiale, a fait son grand retour sur les courts huit mois seulement après avoir donné naissance à sa fille Alexis, c'est de ses tenues que l'on parle dans les médias.

Serena Williams, athlète de haut niveau, a été au centre de l'attention lors des Internationaux de France pour la tenue qu'elle portait lors du tournoi. Habillée d'une combinaison noire qui lui donnait des allures de catwoman ou super-héroïne guerrière, la tenniswoman en a pourtant pris pour son grade. Le patron du tennis français, Bernard Giudicelli, a d'ailleurs déclaré à Tennis Magazine être " allé trop loin": " la combinaison de Serena cette année, par exemple, ne sera plus acceptée. Il faut respecter le jeu et l'endroit. Tout le monde a envie de profiter de cet écrin".

© REPORTERS
Il s'avère en fait que cette combinaison permettait à la jeune maman, qui souffrait de problèmes de caillot de sang, d'avoir une meilleure circulation sanguine. Tout n'était pas qu'une question de style, donc.

Serena Williams a prôné l'apaisement suite aux propos tenus par le patron du tennis français en respectant la décision. " Je pense que les tournois du Grand Chelem ont le droit de faire ce qu'ils veulent." Grande classe.

Out la combi, voici le tutu

© REPORTERS
La polémique autour du dress code sur les courts de tennis ne s'arrête pourtant pas là. Pour l'US Open, la joueuse américaine a choisi de porter une jupe en tutu du célèbre créateur de mode Virgil Abloh, en partenariat avec la marque Nike. Un choix audacieux compte tenu les critiques dont elle a été victime quelques semaines plus tôt. Mais un choix assumé. Et un choix qui a fait sensation.

Le timing de la tenniswoman était parfaitement choisi puisqu'elle a fait son entrée sur le court avec sa tenue des plus originales et des plus photogéniques au lendemain des déclarations Bernard Giudicelli.

Alizé Cornet avertie

Jamais deux sans trois. Cette fois, c'est la joueuse française Alizé Cornet qui en a fait les frais. Lors de son match contre la Suédoise Johanna Larsson, Alizé Cornet est revenue sur le court après un break dans les vestiaires autorisé avec une nouvelle tenue. Sur sa ligne de fond de court, la Niçoise se rend compte que son T-shirt est à l'envers, le retire discrètement et le remet. Résultat: elle écope d'un avertissement de l'arbitre pour "code violation". Ce warning à l'attention de la Française a soulevé les foules. Il y aurait donc deux poids, deux mesures entre les hommes, qui se changent régulièrement sur le court, et les femmes lors des tournois.

Les organisateurs de l'US Open se sont ensuite empressés de clarifier la situation et modifier le règlement. "Nous regrettons qu'un avertissement ait été donné à mademoiselle Cornet. Nous avons clarifié le règlement pour s'assurer que cela ne se reproduirait plus. Tous les joueurs pourront changer de haut quand assis sur leur banc, ce ne sera pas considéré comme une violation." Cette histoire aura finalement permis un dénouement positif.

© REPORTERS
Alizé Cornet a aussi tenu à s'exprimer quant à la polémique sur les tenues de sa consoeur Serena Williams en conférence de presse. "Ce que Bernard Giudicelli a dit à propos de la tenue de Serena est dix mille fois pire que ce qui m'est arrivé sur le court." Girl power en force.

Ce qui ressort néanmoins de ces polémiques incessantes, c'est la volonté pour bon nombre de personnes de voir les discussions autour de choix vestimentaires s'évanouir pour laisser place à ce qui compte vraiment: le sport, le fair-play et l'engagement. Même si, en 1985 déjà, Anne White, joueuse américaine, avait été priée de ne plus porter sa combinaison blanche lors du tournoi de Wimbledon, qui avait vraisemblablement perturbé son adversaire.