Beauté & Mode Ces petits carreaux iconiques sont incontournables ce printemps. Découvrez leur histoire, de l'Ecosse au vestiaire féminin en passant par les films de James Bond.


Parfois jugé, à tort, ringard et hivernal, le motif prince-de-galles fait retour en grâce et s’impose déjà comme un incontournable du printemps. Retour sur la riche histoire de ces carreaux so british.

Une tradition écossaise

Dans l’Écosse du XIXe siècle, chaque clan a son tartan. Une tradition à laquelle la comtesse de Seafield, Lady Caroline, se plie volontiers lorsqu’elle s’installe à Glenurquhart explique la marque de costume sur mesure Atelier NA. Un lieu qui donnera son nom au tartan de la comtesse : le glen check. Ce tweed noir et blanc est un mélange du motif pied-de-poule relié à des lignes verticales et horizontales.

© C'est à Glenurquhart que le Prince de Galles donne ses lettres de noblesse à un motif local. - PINTEREST/FLICKR

Expérimentations royales

Le prince de Galles – celui qui deviendra le roi Edward VII – a ses habitudes à Glenurquhart et il aime y chasser. Il adoptera ce lainage pour sa garde-robe personnelle. Il proposera même ses propres variantes, réduisant la taille du motif et s’essayant à des teintes de couleur grise - sa version la plus classique - marron ou crème. : le prince-de-galles est né. Dans les années 1920, Edward VII, son fringant petit-fils, contribue à la popularité du motif en y ajoutant des liserés colorés, bleus ciel ou rouges souligne Le Figaro.

De Hollywood aux garde-robes féminines

Le motif traverse ensuite les frontières du Royaume et part à la conquête d’Hollywood. Le James Bond de Sean Connery et Roger Moore ou le Thomas Crown de Steve McQueen contribueront aussi grandement à sa popularité. Aujourd’hui, le prince-de-galles n’est pas plus l’apanage des hommes. Il est la clé d’un look masculin-féminin réussi. Look chic, bohème ou rock’n’roll, le motif s’adapte à toutes les situations.

© Stevec McQueen, Roger Moore et les fashionistas ont adopté le motif. - PINTEREST/FLICKR