Food

Du 12 au 17 septembre prochains, Bruxelles sera le centre de la scène du cocktail belge. De quoi dynamiser la mixologie dans la capitale et la faire découvrir au grand public.


Lorsque, en novembre 2015, nous écrivions que la scène cocktail se développait enfin à Bruxelles, les choses évoluaient en fait plutôt lentement. Matthieu Chaumont avait ouvert la voie en 2013 avec son génial speakeasy « Chez Hortense », installé dans les caves du Sablon — aujourd’hui déménagé près de Flagey en association avec le chef flamand Nicolas Decloedt au sein du bar-restaurant Hortense & Humus. Il fut suivi par l’ouverture de quelques bars à cocktails (dont certains déjà fermés). Mais l’étincelle avait du mal à prendre…

La sauce a pris difficilement

C’est que Bruxelles est une ville où la culture de la bière est forte et celle du cocktail quasi inexistante, contrairement au nord du pays, plus influencé par la culture anglo-saxonne. La faute aussi au manque d’investisseurs visionnaires, et de barmen de talent — la plupart ne sont pas Belges — qui auraient décidé de poser leurs valises dans la capitale…

Aujourd’hui encore, le nombre de bons barmen étant assez réduit, le mercato va bon train. Et l’on a bien du mal à suivre leurs parcours, débauchés par un bar puis un autre. Surtout, la plupart des bars ne tiennent pas vraiment la route, ne possèdent pas une vraie identité et ne perdurent donc pas…

Quelques bonnes adresses

© DR
Ennio Campanaro du "Jealousy"

Il y a bien sûr des exceptions. Homme des nuits bruxelloises, Francesco Ravo, qui fût notamment le propriétaire du « Spirito », a créé en octobre 2015 La Pharmacie anglaise au Coudenberg. A à sa tête depuis deux ans, on retrouve le jeune Herbert Brito d’origine brésilienne mais aussi depuis peu Cédric Lansival, un excellent barman à la créativité débordante passé notamment « Chez Hortense ». Francesco Ravo qui ouvrira aussi avant la fin de l’année un nouveau bar rue Dansaert, le « Arthur Orlans ».

Giorgia Giordano et Andrea Petruzzi, deux trentenaires italiens, ont, eux, inauguré en octobre 2014 leur Cipiace sur le parvis de Saint-Gilles, un endroit où l’on vient manger à tout moment de la journée mais surtout boire d’excellents aperitivi italiens. Comme à Paris, la tendance est en effet aux lieux polymorphes, où l’on boit et où l’on mange! Dans ce registre, on trouve aussi depuis 2016 le Yi chan de Yen Pham, une cantine à dim sum et à pho où les cocktails sont loin d’être relégués au second plan. La sauce serait-elle finalement en train de prendre à Bruxelles?

Restait pour dynamiser tout cela et fédérer la scène du cocktail bruxelloise, à créer un événement qui réunisse ces bars et ces mixologues pour les faire découvrir au grand public.

Un événement fédérateur

© DR

Ce petit miracle, on le doit à une équipe de trois jeunes motivés (photo ci-dessus): Sophie Barrière, Leslie Moreau et Pierre Millour, à la tête du Green Lab, un bar à gins de l’avenue Louise. L’idée de cet événement a germé il y a deux ans lors du « Berlin Bar Convent », quand de nombreux barmen bruxellois se sont retrouvés à faire la tournée des bars berlinois.

Partage et convivialité étaient au rendez-vous et l’envie de remettre le couvert était là! Tout comme celle de rivaliser avec des événements comme le « Flemish Food Bash », au nord du pays. Ce dernier est en effet parvenu à réunir une belle brochette de bartenders flamands et même internationaux lors de ses différentes éditions.

Fin de l’année dernière, nos trois compères avaient donc imaginé « Blend », un événement réunissant à l’hôtel Marivaux la crème de la crème des barmen bruxellois. Avec peu de moyens et sans trop de foin, ils ont réussi à attirer 300 personnes. Mais cette année, ils ont vu plus grand, grâce aussi à plus de sponsors et au soutien de Visit Brussels. Comme Londres, Berlin ou Paris, Bruxelles a donc enfin sa « Cocktail Week », qui se déroulera du 12 au 17 septembre dans 20 bars de la capitale et qui accueillera quelques grands noms de la mixologie internationale et du nord du pays.

Lors de cette première célébration du cocktail bruxellois, 18 événements thématiques seront organisés, dont une master-class Jameson (au « Black Sheep »). Un fil rouge negroni (ce fameux apéritif florentin à base de Campari, de vermouth et de gin) sera proposé dans chaque adresse. Le 16 septembre, « Tap my cocktail » réunira en plein air au BIP, musique électronique, cocktails en fûts et foods trucks. Enfin, le 17 septembre, retour à l’hôtel Marivaux, pour une seconde édition de « Blend », qui réunira différents barmen. Ca va shaker à Bruxelles!

Plus d'infos sur la page facebook Brussels Cocktail Week

© DR