Les hommes La marque de déo Axe, partenaire de la campagne de prévention du cancer des testicules lancée depuis 2011 par Movember, a décidé de ne pas tourner autour du pot et de profiter de la tendance qu'ont les hommes à se toucher les "bijoux de famille" pour les encourager à le faire. Pour une très bonne raison.


Selon une étude commandée par la marque et réalisée par Ivox*, les hommes avouent se toucher les testicules de manière consciente fréquemment : 5.6 fois en moyenne par jour. Pourquoi ? pour 58.2% d'entre eux, il s'agit de les remettre en place. L’hygiène est la seconde raison invoquée (pour 49,9 % des répondants) suivie de près par les démangeaisons, qui est la troisième raison la plus invoquée (37,9 %).

La santé, comme notamment pour l’auto examen des testicules, arrive péniblement à la dernière place du classement, avec seulement 5,5 % des hommes belges la mentionnant pour justifier le fait de toucher leurs parties intimes. Or, le cancer des testicules est un des cancers le plus souvent diagnostiqué chez les jeunes hommes. Un auto-examen des testicules peut permettre de détecter très rapidement des modifications au niveau de ceux-ci et permet ainsi, en cas de problème, de commencer le traitement le plus tôt possible.

Pourtant, peu d'hommes se sentent concernés : près de trois quarts des hommes belges interrogés (74,5 %) déclarent ne pas être au courant de l’existence d’une technique d’auto-examen des testicules. Et malgré l’arrivée officielle en 2011 de la fondation Movember en Belgique, seuls 26,3 % des hommes belges connaissent l’existence de cette fondation. the Movember Foundation est la plus grande organisation mondiale qui lutte pour la santé masculine. La fondation s'attaque aux plus graves problèmes de santé auxquels sont confrontés les hommes tels le cancer de la prostate, le cancer des testicules, la santé mentale et la prévention du suicide. Plus d'info sur l'antenne belge de Movember, ici.

A bon entendeur...

* Enquête réalisée par iVOX auprès de 1000 hommes belges, échantillon représentatif en termes de langue, sexe, âge et diplômes. La marge d'erreur est de 3,02 %.