Les hommes Votre compagnon entretient une relation trop étroite avec sa maman. Il est temps de lui faire comprendre : désormais, c’est vous la femme de sa vie !

Une belle-mère trop envahissante, un compagnon qui n’arrive pas à couper le cordon ? On a parfois l’impression de former un couple… à trois ! "C’est une situation que l’on rencontre de plus en plus souvent chez les hommes", nous explique la psychologue clinicienne Salimé Das. "Si l’on trouve encore plus ou moins normal le fait qu’un jeune homme ait du mal à se séparer de sa mère ou ait encore souvent besoin de ses conseils, on accepte moins quand cela arrive chez un homme plus mature. C’est plus marquant."

Pour justifier cette relation de proximité entre mère et fils, plusieurs explications : "L’homme a souvent une relation particulière avec sa mère. Quoi que l’on fasse, la mère reste le modèle féminin de référence de l’homme. Il recherchera d’ailleurs très souvent sa mère dans le profil de ses partenaires. Donc, intuitivement, pour l’homme, tout ce que la mère fait est meilleur que ce que sa compagne fait. Il procède toujours à une comparaison. La femme, à force, peut prendre ça comme une compétition et les relations entre femme et mère peuvent se dégrader rapidement", commence la psychologue. "La mère donne une sorte de sécurité affective à son fils qu’une femme ne pourrait pas lui donner. Elle sera généralement toujours là quoi qu’il arrive. Certaines ont également l’habitude de porter leur fils sur un piédestal. Celui-ci recevra alors moins bien les remarques et critiques de sa compagne et ira trouver du réconfort chez celle qui l’idéalise : sa maman. Il existe cependant deux types de mères encombrantes, "celle qui tente de contrôler intentionnellement la vie de son fils et celle qui le fait de façon naturelle, sans s’en rendre compte."

Une thérapie à trois est-elle nécessaire ?

"Généralement, on ne demande pas à la belle-mère de participer à la thérapie. Ça l’inclurait donc dans la relation, ce qui n’est pas un bon point. Ce serait une sorte d’intrusion supplémentaire. On peut toutefois faire une exception si le problème persiste à cause de la belle-mère, qu’il y a une espèce de non-volonté de sa part de procéder au changement ou si celle-ci s’entête à culpabiliser son fils qui tente de prendre ses distances", explique la psychologue. "La réelle solution est de suivre une thérapie à deux car il sera très difficile pour la femme de faire prendre conscience à son compagnon. Celui-ci accepte rarement ce genre de critiques. Il pense que ça l’infantilise. Un regard neutre, extérieur, comme celui du psychologue, par exemple, peut aider à la prise de conscience. L’homme verra davantage les côtés négatifs de son comportement sur la relation. Mais bon, cela peut prendre beaucoup de temps."