Magazine Barbara fait du droit à l’université; elle a emmené ses cours en Égypte.

Hier soir, à Charm-el-Sheikh, en Égypte, les trente finalistes de Miss Belgique ont fait le spectacle pour les clients de l’hôtel Baron Resort où elles terminent un séjour d’une semaine. Certaines en ont profité pour exprimer leurs talents. Daphné Fanon, la Miss Luxembourg de 20 ans, a chanté. La blonde anversoise Xenia Goysens, qui a fêté jeudi ses 19 ans, a dansé. Il y a aussi eu un formidable numéro de claquettes par Dhenia Covens, une brune de 24 ans, qui a dix années de danse à son CV.

En dehors des tournages et des répétitions, elles ont l’occasion de profiter de la piscine ou d’aller, au bout d’un ponton d’une centaine de mètres, plonger dans la mer Rouge, à un endroit où les poissons sont nombreux. Cassi Bellavia, 18 ans, coiffait un tuba pour la première fois de sa vie. Elle était au paradis : "Miss Hainaut fait de la plongée ! Vous devez l’écrire."

Ses impressions à la sortie : "À peine dans l’eau, je me suis trouvée avec un énorme poisson à dix centimètres de mon visage. J’ai quand même eu peur. Après, c’était merveilleux."

Une autre fille du Hainaut, Kim Hallaert, 18 ans, de Manage, l’a suivie. Mais pour elle, c’est loin d’être une première : "J’ai même fait de la plongée avec bonbonnes. J’ai plongé au Mexique, à Dubaï et, mon plus beau souvenir de mer, en Corse." Barbara Bierlier, 18 ans, Miss Brabant wallon, a essayé aussi. Mais elle, on la voit aussi souvent à l’ombre qu’aux alentours de la piscine : elle étudie. "J’ai commencé l’université, en droit. Je n’avais pas le choix : j’ai pris mes cours !"

Elle n’est pas la seule à l’avoir fait. Darline Devos, l’organisatrice de Miss Belgique : "Après le repas du soir, les filles sont libres. Ça leur donne du temps pour étudier si elles ont emmené leurs cours." Mais les filles expliquent qu’en rentrant dans leur chambre, vers 20 heures, elles n’ont qu’une idée : aller dormir. Une journée complète au grand soleil, épuise.

Vendredi, la journée a commencé par un défilé en maillot, près de la plage. Ça n’était pas gratuit : tous les accompagnants du voyage devaient sélectionner cinq noms dans l’ordre. On en retiendra celui de la Beach Baby qui aura la garantie, le soir de la finale, d’être retenue dans les vingt premières. Mais le nom de l’heureuse élue ne sera dévoilé qu’à la finale.

Ensuite, les filles ont revêtu un short et un T-shirt pour une tradition maison : le Miss Quizz.

Ce n’est pas un Quizz comme les autres. Les trente filles sont alignées sur la plage, derrière une ligne de départ tracée dans le sable. À 15 mètres, un siège de plage. Une question. Celles qui savent doivent courir et celle qui parvient à s’asseoir donne la réponse et marque - si c’est exact - un point. Les questions du type "Qui a été notre premier roi ?" ou "Comment s’appelle le mari de Noémie Happart ?" ont été suivies de mêlées dignes du rugby. Et de rires énormes. À ce jeu, les filles se relâchent complètement. Sans doute pour la première fois. On les voit sous un sourire différent.

Il y a eu quelques questions sans courses vives : "Où est né le père Damiens" ou "En quelle année Sandra Kim a-t-elle gagné l’Eurovision ?" La Miss Quizz de l’année est de Quaregnon : Britany Thiry, 22 ans, est diplômée en droit. La dernière question : "En quelle année les femmes belges ont-elles le droit de vote." 1948… Qu’a gagné Miss Quizz ? Un bain de mer inattendu. Les filles ont commencé par la porter spontanément en triomphe. Soudain, une d’entre elles a crié : "À la mer !" La suite…