Magazine Un service 4 étoiles pour le prix d'un 2 étoiles, à deux pas de Strasbourg, ça vous dit ? Chez Julien, un hôtel familial, a une belle histoire et offre un sacré accueil à ses hôtes, dont beaucoup de Belges. Visite.


Dans une vallée des Vosges, côté alsacien, il était une fois une sorte de château, très long mais sans tour, situé entre une route d'un côté et un jardin et une rivière de l'autre. A bien y regarder, cela pourrait aussi ressembler à un chalet montagnard avec fenêtres à bardeaux, fleurs et toits de tuiles.

C'est la première impression que donne Chez Julien. Un lieu qui est bien plus qu'un hôtel, c'est une histoire exceptionnelle de réussite et d'altruisme, osons le mot. Un endroit bien connu des Alsaciens, demandez donc à n'importe qui s'il connaît Gérard Goetz, vous verrez ! Mais aussi des Belges : près de 80% des réservations viennent de notre plat pays.

© DR

Mais par quoi commencer ? Cet hôtel est une curiosité à tous les étages et dans toute son histoire. Il est toujours et encore classé en 2 étoiles françaises et le prix s'en fait le reflet alors qu'il offre le confort et le service d'un 4 étoiles avec une immense piscine intérieure et extérieure, un spa complet et ouvert à tous, un petit déjeuner buffet compris en forme de caverne d'Ali Baba tant il y a de propositions chaudes et froides et un restaurant regorgeant de propositions et offrant un repas 5 services en demi-pension (150 couverts par soirée quand même...). Trois salles de restaurant, une centaine de chambres (dont trois nouvelles, la série « Montagne » sous les toits avec terrasses qui sont des suites de rêve pour un prix concurrentiel!)

Gérard Goetz n'en démord pas : il ne veut pas monter en catégorie supérieure parce qu'il ne veut pas changer de clients qu'il trouve si "sympa, conviviaux, gentils, pas râleurs", et qu'il ne veut pas risquer de perdre l'ambiance familiale et bonne franquette qui y a toujours présidé.


Un routier devenu hôtel-spa

© DR

Julien, c'était le père de Gérard, un homme qui avait ouvert un restaurant routier (d'où la proximité de la route de Strasbourg) avec sa femme. Mort prématurément. Gérard qui voulait partir au Canada abandonne toute idée de départ. "A 18 ans j'aidais ma mère en cuisine, à 19, j'ai rencontré ma femme. Je ne suis jamais parti."

Et si entre 73 et 81 Chez Julien reste le resto-hôtel routier reconnu dans cette région menant de l'Alsace aux Vosges, à partir de cette date, Gérard Goetz qui officie en cuisine (... et partout ailleurs depuis toujours!) va le faire évoluer en hôtel toujours plus attractif : en 2000, une première piscine voit le jour, en 2009, le lieu s'agrandit avec 15 millions d'investissements à la clé. En 2013, le spa de plus de 2000 m² est aménagé.

Les Belges raffolent toujours plus du lieu. Mais pourquoi tant de Belges ? "C'est une histoire toute simple", souligne Gérard Goetz avec son franc-parler "Mon père a fait la guerre avec des Gaumais. Par la suite, ils sont revenus pendant les vacances pour le voir et prendre du bon temps en famille... Et ça faisait la fête, je ne vous dis pas !"

Et Goetz va en remettre un coup avec la Belgique en participant à l'un des premiers salons des vacances de Bruxelles. « J'avais fait des petites brochures et il s'avère que j'étais le seul hôtelier français du salon ! J'en ai distribué du papier... » Et il en attirera du monde. Des clients qui vont mener un sacré bouche-à-oreille, jamais démenti.


80 % de Belges... qui adorent l'ambiance

© DR

Résultat : l'hôtel est tout le temps plein, les habitués ne repartent pas sans avoir une autre réservation parfois pour l'année d'après ! "Notre clientèle est composée à 80% d'habitués et à 80% de Belges. C'est bien simple, pendant les fêtes de fin d'année, on envoie 30 000 lettres de voeux dont 22 000 en Belgique", s'esclaffe Gérard Goetz. Et le séjour moyen est de plus de 5 jours...

L'endroit vaut décidément le coup d'attendre que cela se libère ! Dans cet hôtel à nul autre pareil, on aime bien le mélange des genres et des époques. Une ambiance dans laquelle on est précipités dès l'arrivée : le personnel est en tenue traditionnelle avec robe à décolleté froncé et jupon long et coloré dont la couleur change tous les jours. C'est étonnant, à l'image du lieu...

En tout cas, la passion ne s'étiole pas pour le chef et sa femme. Surtout qu'ils sont désormais secondés par leurs filles, Hélène et Eléonore. Elles mettent peu à peu leurs petites touches (chaleureuses et plus contemporaines) sur les 14 000 m² de cet incroyable hôtel, chauffé au bois s'il vous plaît ! Ainsi, on aime beaucoup la nouvelle salle à manger, au style plus scandinave et carrément cosy qu'elles ont imaginée. Par la suite, le lobby et la salle de restaurant principale seront rénovées, avec la bénédiction du père qui adore l'idée de passer peu à peu les rênes à sa descendance. Bourru au coeur d'or, Gérard Goetz entretient aussi un rapport presque paternel avec son personnel. Il a racheté pas mal de maisons dans le village de Fouday qu'il a transformé en appartements où ses employés peuvent loger.


A deux pas de la route des vins

© DR

Côté touristique, l'hôtel est bien placé, les distractions et lieux touristiques sont nombreux alentour et notamment la randonnée, on est ici en moyenne montagne dans le massif vosgien. En hiver, une petite station de ski est ouverte à 8 km de là. Et Strasbourg est à 45 minutes de Fouday.

Mais le must, c'est bien sûr la route des vins d'Alsace (Riquewhir, Ribauvillé, Kaysersberg , Colmar, ...) à 30 km de Chez Julien. Là, arrêtez-vous chez Eblin-Fuchs à Zellenberg, où trois frères viticulteurs alsaciens proposent des vins en biodynamie qui nous ont soufflés : le vin d'Alsace trop longtemps sous-estimé montre ici toute sa noblesse et sa belle minéralité. Le sylvaner cet incompris de toujours y est par exemple sec mais généreux et le Gewürtz-Straminer se fait fin et diablement accompagnant de tout un repas. Et que dire des grands crus de Riesling et des vendanges tardives ? Goûtez-les... Mais n'en oubliez pas le château du Haut-Koenigsbourg, à une colline de là, extraordinaire.

>> Chez Julien. Route de Strasbourg - 67130 Fouday. www.hoteljulien.comApd 118 euros en demi-pension repas 5 services, petit-déj et accès au spa. 4 catégories de chambres sont valables.