Magazine Le boulot et les horaires scolaires des enfants cela ne va souvent pas bien ensemble. Pourtant, des solutions au sein des entreprises existent qui peuvent vous aider à alléger la pression. Nous avons demandé à une conseillère juridique de déblayer le terrain, elle nous livre 5 pistes certainement pas assez connues des employés.

Annelies Bries est conseillère juridique pour le prestataire de services RH ACERTA. Elle connaît les législations et les possibilités légales des entreprises vis-à-vis des employés et pointe 5 possibilités que les travailleurs sont en droit de demander. Et en effet, tout le problème est là : demander... Souvent, on n'ose pas ! Pourtant, dûment informés, on se sent plus fort et plus légitimes pour faire intervenir son patron. Pour le meilleur et une année soclaire plus harmonieuse pour tous !


1. À temps à la sortie de l’école grâce aux horaires flottants

Vous voulez déposer votre enfant à l’école ou aller le/la chercher régulièrement à la fin des cours pendant l’année scolaire ? Demandez des horaires flottants à votre patron. Dans ce système, vous choisissez l’heure de début et de fin de votre tâche journalière dans le cadre tracé par votre employeur. Indiquez dès lors clairement vos heures prestées dans un système d’enregistrement du temps.

2. Télétravailler pour arriver avant que la cloche ne sonne

Travailler à domicile ou télétravailler représentent d’autres possibilités pour que les mamans et les papas puissent aller chercher leurs enfants à la sortie de l’école. Grâce à ces possibilités, vous travaillez de chez vous ou à un endroit de votre choix. Le télétravail occasionnel est également envisageable. Cette forme de télétravail vous permet de travailler de la maison sporadiquement et ainsi d’éviter les embouteillages. Attention, ce n’est possible que dans certains cas. Demandez toutefois les options possibles à votre patron.

3. Votre employeur peut participer aux frais scolaires

La scolarisation des enfants coûte cher. Heureusement, votre employeur peut vous aider à alléger les frais scolaires. Demandez à votre patron s’il est disposé à vous rembourser ces frais. À ces fins, il dispose de deux options : il paie l’avantage en nature (et paie des cotisations ONSS et un précompte professionnel), soit il vous octroie des allocations familiales extralégales. Il ne doit payer aucune cotisation ONSS sur ces allocations tant qu’il respecte les règles.

4. Des chèques sport, ça peut aider

Le début de la nouvelle année scolaire est aussi l’occasion par excellence pour démarrer un nouveau programme de sport. En outre, votre patron peut encourager davantage votre style de vie sain : demandez des chèques sport. Si les conditions sont remplies, les chèques sport constituent un avantage social non taxé.

5. Et pour vous : un congé formation !

Souhaitez-vous, tout comme votre enfant, retourner sur les bancs de l’école et étayer vos connaissances pour mieux exercer votre emploi ? N’oubliez pas le congé-éducation. Vous pouvez vous perfectionner et conserver votre salaire en suivant certaines formations.