Magazine

Si cette question a attiré votre attention, vous devriez lire cet article jusqu’au bout. Votre intuition essaye peut-être de vous faire passer un message. La chronique de Julie Arcoulin, spécialiste en développement personnel et relationnel.


Quelle différence entre relation toxique et personne toxique ? Il me semble que c’est une distinction essentielle. Tant pour éviter de mettre des mauvaises étiquettes que pour vous permettre de voir clair et de prendre les décisions qui s’imposent.

Une personne toxique, c’est-à-dire qui sera toxique avec tout le monde, est une personne incapable de se remettre en question, qui rejette ses responsabilités sur les autres, veut du mal, vous dévalorise et vous insulte constamment, est habitée par des démons si grands qu’elle estime que les autres en sont responsables et qu’elle n’a rien à changer. Détruire les autres est sa spécialité. Oui, les manipulateurs pervers narcissiques sont bel et bien des personnes toxiques qu’il faut fuir. Il n’y a pas qu’eux qui peuvent être qualifiés de personne toxique, mais ils sont quand même, franchement, en tête de classement.

Une relation toxique est, par définition, une relation au sein de laquelle l’un des protagonistes (ou les deux) se sent mal, ressent un inconfort, un mal-être latent, un état de morosité,… Deux personnes peuvent être toxiques l’une pour l’autre sans être, pour autant, toxiques. Il se peut que vos blessures respectives qui se reflètent soient difficiles à gérer. Par exemple, au sein d’un couple, l’un peut avoir une blessure du type : je n’ai jamais été une priorité pour personne, l’autre du type : j’ai dû prendre en charge trop de personnes dans mon enfance. L’un attendra de l’autre qu’il fasse de lui une priorité et l’autre ne sera pas en mesure de le faire parce que sa blessure non réglée l’en empêche.

La relation deviendra toxique si les partenaires ne décident pas de faire un travail sur eux-mêmes pour guérir les blessures qui les renvoient à leur passé. C’est une sorte d’incompatibilité de blessures.

Donc, en résumé, si vous avez affaire à une personne toxique, fuyez ! Si vous êtes dans une relation toxique, il y a peut-être des choses à faire.


Impacts des relations toxiques sur l’estime de soi

Je vous en ai déjà parlé, nous avons cette fâcheuse tendance à reproduire les schémas que nous connaissons. Ils sont « confortables », car nous en connaissons les codes et nous y sommes à l’aise. Si vous avez grandi dans un modèle de relation toxique, il y a de fortes chances que vous en reproduisiez les jeux psychologiques dans vos relations.

À force d’être dans une relation toxique (avec ou sans personne toxique), on constate une baisse de l’estime de soi, une tendance à la négativité, un manque d’énergie, des problèmes de sommeil, de l’anxiété,…

Si votre relation vous prend de l’énergie parce que vous ne vous y sentez pas bien, vous n’en aurez plus pour vous épanouir dans les autres domaines. Ou alors, vous fuirez à l’extrême, ce qui n’est pas une bonne solution non plus.

Ne sous-estimez pas l’impact d’une relation qui ne vous épanouit pas, cela a des répercussions sur le reste de votre vie.


À partir de quand peut-on dire qu’il y a de la maltraitance dans une relation ?

Dès qu’il y a de la violence physique, psychologique et verbale. Il est vraiment important de prendre cela au sérieux. Une enfance difficile ne donne pas l’autorisation à quelqu’un de maltraiter quelqu’un d’autre ! Entendre ça me révolte profondément. Des dévalorisations aux coups, en passant par les insultes, si vous subissez ce genre de traitements dans une relation quelle qu’elle soit, vous êtes maltraité(e) et aucune circonstance ne peut atténuer la gravité de ces comportements.


Comment sortir des relations toxiques ?

J’imagine que si vous avez l’impression d’être dans une relation toxique, vous n’avez pas vraiment envie que ça dure éternellement. Je vous le répète, si vous êtes face à une personne toxique, n’espérez pas que cela change sans que cette personne ne fasse un réel travail personnel.

Si, en revanche, vous vous reconnaissez dans les blessures incompatibles, alors il y a des choses à faire ! Guérir ses blessures (à l’aide d’une personne extérieure) me semble déjà une bonne piste. Rappelez-vous que vous ne pouvez pas être la/le thérapeute de votre partenaire. Ce n’est pas votre rôle.

Faire en sorte de guérir ses blessures, vous permettra de vous rendre compte que bon nombre de choses à l’origine de tensions relationnelles vous appartiennent. Lorsque vous vous énervez, êtes agacé ou autre, cela vous renvoie à des mécanismes, des situations qui n’appartiennent qu’à vous. Le savoir vous empêche de projeter sur l’autre des choses qu’il ne devrait pas porter.

Ensuite, apprendre à vous aimer, à vous respecter, à écouter vos besoins et vos envies, à ne laisser personne vous maltraiter, à prendre soin de vous, à vous chouchouter, vous incitera, en fait, à ne plus laisser personne vous traiter autrement que la manière dont vous vous traitez vous-même. Les relations que l’on a avec les autres sont souvent le reflet de notre relation à nous-même. Traitez vous bien et je peux vous assurer que celui ou celle qui choisit de vous traiter de façon irrespectueuse sera vite recadré. Tout commence par soi…

À la semaine prochaine.

Conférences sur le sujetSuivez-moi sur Facebook



APPEL A TEMOIGNAGE

Vous êtes nombreux à lire chaque semaine les chroniques de Julie Arcoulin, notre spécialiste en développement personnel et relationnel. Elle aborde chaque semaine les grands thèmes de la vie, les façons de se faire la vie plus douce ou de se questionner en conscience pour mieux avancer dans sa vie.

Pour cette rentrée de septembre, nous vous offrons le moyen d' adresser à Julie Arcoulin toutes vos questions ou les moments de vie qui vous questionnent, elle apportera des réponses, une fois par mois, à partir de vos témoignages (seuls le prénom et l'âge que vous nous indiquerez seront repris dans l'article) ce qui éclairera aussi les lecteurs de cette chronique populaire du mardi.

Vous souhaitez entrer en interaction avec Julie Arcoulin, vous avec des questions précises ou simplement vous voulez aborder un thème ou un questionnement personnel avec la spécialiste ? Ecrivez-nous un mail* indiquant votre prénom, votre âge et votre question ou votre témoignage, Julie Arcoulin vous répondra par la suite au travers d'une chronique !

Nous vous préviendrons par mail de la diffusion de cette chronique vous concernant.

Voici l'adresse : info@essentielle.be

* Votre mail, votre nom, n'apparaîtront pas dans la chronique de Julie Arcoulin. Seuls le prénom et l'âge que vous nous indiquerez seront repris dans l'article, de même que certains passages de votre courrier.