Magazine

C'est la nouvelle sensation dont on parle de plus en plus ! L'orgasme cérébral est atteint lorsqu'on plonge son cerveau dans un état de détente intense grâce à des petits bruits du quotidien et des chuchotements enregistrés et livrés dans des vidéos qui peuvent atteindre... le million de vues. Explication d'une pratique qui n'a rien de sexuel.


A première vue, hormis son nom "attirant", l'orgasme cérébral n'a pas grand chose pour lui : il n'a rien à voir avec la félicité sexuelle (même s'il demande le même lâcher-prise), s'obtient seul en regardant des vidéos (le "mal" du siècle), a un nom de programme scientifique (Autonomous Sensory Meridian Response ou ASMR)... et pourtant, l'orgasme cérébral c'est la petite révolution zen du moment.


Pourquoi l'orgasme cérébral s'appelle-t-il ainsi ?

Parce qu'il plonge le cerveau dans un état second de détente extrême qui lui fait un bien fou et à nous-même aussi par conséquent. Cela a un peu à voir avec une caresse sur la nuque ou le haut des bras à laquelle on ne s'attendrait pas, où la sensation provoquée par de l'eau chaude sur notre peau : parfois, on ressent un long frisson qui descend le long de notre colonne vertébrale accompagné de picotements au niveau du crâne. Vous avez certainement connu un ASMR (soit Réponses automatiques des méridiens sensoriels en français) sans le savoir !

Pour ne pas avoir à gaspiller des litres d'eau chaude ou quémander des caresses, des adeptes de l'orgasme cérébral ont mis au point d'autres techniques. C'est ainsi que cette parfaite sensation pourra être obtenue par des stimuli visuels, auditifs ou cognitifs. Ces techniques se sont d'abord développées aux Etats-Unis, à la fin des années 2000. En 2010, une certaine Jennifer Allen (créatrice du terme ASMR) chuchote tout près du micro et publie une vidéo qui va lancer le concept. Aujourd'hui sa page facebook officielle @ASMROfficial compte plus de 55 000 fans !


Sons étonnants, craquements, tapotements...


Convaincus, des centaines puis des milliers d'internautes ont aussi publié des vidéos d'un genre nouveau dans lesquelles des sons étonnants (craquements, ronronnements, tapotis d'ongles, souffles, bruits de massage, ...) sont enregistrés pour nos oreilles. D'autres donnent à voir des explications chuchotées qui pourront conduire à ce fameux orgasme cérébral. Un terme qui irrite d'ailleurs la communauté ASMRiste qui ne se reconnaît pas dans la dimension sexuelle que sous-entend "orgasme". Flo qui a une chaîne Paris ASMR décrit d'ailleurs que "cela n'entraîne pas d'excitation mais au contraire du calme. On est dans notre bulle".

En Europe, le phénomène continue de se répandre, les afficionados étant tous plus ou moins tombés par hasard sur une vidéo au fil des réseaux sociaux, culture web oblige. Qui les a scotchés, leur donnant envie de continuer à explorer cet univers spécial.

Ainsi témoigne Martin, un Parisien d'une trentaine d'années pour le magazine Psychologies : "Je suis tombé par hasard sur une vidéo américaine ASMR sur YouTube en 2011. Au départ, j’ai trouvé ça très bizarre… Puis, j’ai mis mon casque, et là, ça a été la révélation ! Je suis entré dans une sorte de transe intense. Je n’avais jamais ressenti ça auparavant. Des frissons ont caressé ma nuque et pour la première fois depuis des années, je me suis senti apaisé. Depuis, j’en écoute une tous les soirs, pour m’endormir !"


Une pratique qui peut décontenancer


Si vous testez un ASMR pour la première fois, vous risquez d'être un peu décontenancé : la vidéo ci-dessus a été vue par plus de 2 millions de personnes et pourtant... elle montre des mains et un flacon de mousse à raser pendant 30 minutes ! Si d'aucuns se sentiront mal à l'aise, d'autres embrayeront tout de suite, l'oreille aux aguets de ces petits bruits si spécifiques. Avec un peu d'entraînement (et une véritable envie de se laisser aller), vous pourrez peut-être vous prendre au jeu. Certains décrivent des chuchotements et autres bruits qui leur font penser à l'enfance et à un sentiment de bien-être intense, d'autres évoquent plutôt une sorte de transe hypnotique due à une série de suggestions.

Le secret d'une bonne vidéo AMSR : l'impression d'avoir quelqu'un qui vous parle à l'oreille, des bruits du quotidien que le cerveau identifie tout de suite et qui ont pour objectif de mettre en confiance et une certaine longueur pour installer le climat jusqu'au climax ! Celui-ci peut aller d'agréables chatouillements à une puissante détente en passant par une sensation d'euphorie, un peu comme l'ivresse des profondeurs bien connue des plongeurs.

Mais parvenir à cet intense bien-être réconfortant et relaxant n'est pas donné à tout le monde. Certains pourront ainsi trouver impossible de lâcher prise en écoutant des sons tels que le frottement d'un feutre sur une feuille, la vapeur lâchée par un fer à repasser, ou encore le crissement d'une brosse à cheveux. D'autres ne parviendront pas au lâcher-prise total que requiert cette technique. Enfin, il semblerait que les personnes ayant des souvenirs précis liés à l'audition ou au toucher lorsqu'ils étaient jeunes soient plus réceptifs que les autres...


Pas reconnu par les scientifiques


Les informations sur l'ASMR proviennent de constatations "empiriques". On peut en apprendre plus sur le site de l'ASMR University par exemple : "Les mécanismes qui stimulent l'ASMR chez les individus peuvent être activés par les mêmes mécanismes biologiques que ceux mis en oeuvre dans les interactions sociales. L'ASMR fait aussi appel aux mêmes fonctions que lorsque l'on caresse quelqu'un ou qu'on lui parle doucement. Cela provoque les mêmes sensations de réconfort, de relaxation et de sécurité". Des AMSRistes convaincus parlent encore de stimulations qui poussent le corps à lâcher de l'ocytocyne et de la sérotonie, dite "hormone du bonheur".

La communauté scientifique n'a pourtant pas encore reconnu ni mené d'études sérieuses sur ce qui s'appelle en anglais le "braingasm". Laissant alors planer le vent de mystère new age qui permet à ce fameux orgasme cérébral de toujours plus se faire connaître.

Envie d'essayer ? Il existe des milliers de vidéos permettant de se lancer dans l'AMSR, il suffit de s'écouter pour savoir quel bruit "accroche" le mieux vos oreilles...