Magazine

Aussi appelée herbe à la jaunisse, la fumeterre est une plante phare du foie et des organes qui dépendent de son bon fonctionnement.

Mauvaise herbe… certes, mais si l’on y regarde de plus près, la fumeterre est couronnée de délicates et minuscules fleurs aériennes, rose violet, donnant une impression de brume, comme un nuage de fumée, à l’origine de son nom. Elle pousse sans être cultivée en Europe et en Afrique du Nord. C’est la plante entière, excepté ses racines, sauvage, que l’on cueille dès le mois d’avril lorsque ses fleurs s’ouvrent, et que l’on utilise. Étiquetée herbe à la jaunisse depuis l’Antiquité, elle contient une centaine d’alcaloïdes dont le principal est la fumarine.

Antispasmodique, elle facilite la digestion

Selon la situation, elle stimule la sécrétion de bile par les cellules du foie ou, à l’inverse, la ralentit s’il y en a trop. Elle en facilite aussi l’évacuation. Antispas­modique, elle réduit la contractilité excessive du sphincter d’Oddi, un muscle qui ouvre vers l’intestin et permet que la bile s’y déverse lors de la digestion.

Dans quel cas ? Quand on souffre de digestion difficile, de douleurs intestinales ou encore de spasmes biliaires.

Le mode d’emploi : on la trouve sous forme d’extrait sec de plante entière, d’extrait aqueux ou de tisane. Plusieurs spécialités pharmaceutiques (Oddibil, Schoum) dont l’actif principal est la fumeterre sont également commercialisées : prendre jusqu’à 1 g d’extrait sec ou 2 à 3 g de plante par jour.

“Son goût en tisane n’est pas agréable, mais on peut la marier avec une plante anisée syner­gique, digestive, comme le carvi ou le fenouil, ou bien la menthe pour masquer son goût” , suggère Christiane Messerschmitt. Pour 1 l d’eau, mélanger 10 g de fumeterre, 5 g de fenouil et 5 g de mélisse, à raison de 3 tasses par jour, avant les repas, au moins huit jours, ou en cure de 3 semaines.


Dépurative, elle permet une double détox

La fumeterre permet une meilleure élimination des déchets par les autres émonctoires : intestin, reins… et peau.

Dans quel cas ? La plante est ainsi indiquée pour les peaux atopiques, les eczémas, les dartres, d’autant qu’elle est aussi antihistaminique et limite les démangeaisons associées.

Le mode d’emploi : l’effet est rapide, aussi la plante peut être utilisée en période de crise comme en cures. En tisane, avec de la bardane, pour ses effets dépuratifs cutanés : 30 g de fumeterre + 30 g de bardane pour 1 l d’eau.


Antimigraine, elle soulage les migraines d’origine digestive

Grâce à ses propriétés antispasmodiques et digestives, la fumeterre accélère l’élimination des toxines.

Dans quel cas ? Si les migraines sont déclen-chées par un repas trop riche, ou de l’alcool.

Le mode d’emploi : en temps de crise, prendre la fumeterre, sous la forme que l’on préfère : ampoules, gélules ou tisane, selon la dose indiquée, pendant un à trois jours. On peut aussi faire régulièrement (2 à 4 fois par an), des cures de 2 à 3 semaines lorsqu’on se sait à risque.