Magazine

L'échevine de la Ville de Bruxelles Karine Lalieux a présenté lundi la balade formée par la dizaine d'illustrations de l'artiste urbain français OAKOAK, invité en résidence par l'Echevinat de la Culture dans le cadre de son parcours Street Art.

Un plan sera distribué dès vendredi au centre d'art contemporain la Centrale. OAKOAK a réalisé la semaine dernière des insertions humoristiques et décalées, autour de la porte du Rivage (place située au croisement du boulevard d’Ypres et du quai du Commerce). Il a notamment joué avec les plaques d'égout, en les détournant pour en faire un ballon surmonté d'un éléphant ou la gorge gonflée d'une grenouille. Il a encore fait s'embrasser des lignes blanches d'un passage pour piéton ou mis un Dalton derrière les barreaux.

Pour l'artiste, "la ville est le meilleur terrain de jeu pour peindre". Sa technique mélange dessin, collage et installations. Sa méthode consiste à détourner des éléments du décor urbain en jouant avec leur défauts, par exemple une fissure dans un mur. Ses références proviennent souvent de la culture "geek". Son art vise à mettre de la poésie dans l'environnement urbain.

Plutôt que de se limiter à la création d'une oeuvre unique, la Ville a préféré lui permettre de réaliser une série. "Cette carte blanche est une première", souligne Karine Lalieux. "Elle s'ajoute aux appels et aux commandes que j'initie depuis trois ans pour faire grandir, aux côtés des artistes talentueux, le parcours Street Art. Il est aujourd'hui en pleine expansion".