Magazine

« Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt ». L'adage n'a jamais été aussi vrai. Une tendance, apparue aux États-Unis et qui gagne aujourd'hui l'Europe, est de se lever à l'aurore pour avoir du temps pour soi.


Pour Hal Elrod, l'auteur de The Miracle Morning à l'origine de cette fièvre, se lever de si bonne heure serait une promesse de bien-être et permettrait de réduire le stress, être en meilleure santé et pouvoir se concentrer tout au long de la journée. Michelle Obama, Tim Cook (directeur général chez Apple) et Jack Dorsey (créateur de Twitter) sont déja des « morningophiles ».

Dans son livre The Miracle Morning , Hal Elrod, l'auteur spécialisé dans le développement personnel, livre des préceptes comme faire le vide dès le matin, se rappeler ses objectifs de vie, coucher ses motivations sur le papier, méditer, faire du sport et lire. De cette manière, on pourrait enfin atteindre la vie rêvée. Mais quant est-il pour les oiseaux de nuit ? Seront-ils abandonnés sur les à-côtés de la route de la réussite ? Hal Elrod, pur produit de l' American Dream , insiste (parfois un peu trop) sur le fait que la réussite se manifeste par les chiffres de son compte en banque dans une société de « compétitivité » , où il faut « être le meilleur » pour « réussir au travail » .

Mais derrière les nombreux articles vantant le concept du « Early Morning », se cache une tout autre réalité. Stéphanie, une jeune Bruxelloise, a testé la méthode pendant 30 jours (le temps qu'il faudrait pour habituer son corps à un nouveau rythme) mais pour elle, ça n'a pas marché. « Trop de fatigue et je n e voyais plus vraiment mes amis, je commençais à ba i ller à 21 heures . La vie ne change pas du jour au lendemain parce qu'on se lève 2 heures plus tôt. Avec Hal Elrod, on a l'impression qu'être du matin va subitement changer une vie. C'est peut-être un des facteurs mais personnellement je ne me sens pas moins heureuse en me levant à 7 heures ».


Elles ont testé

© Reporters

Des blogueuses ont aussi tenté la méthode et racontent leurs expériences sur leur blog.

- Camille, senseaway.com, a trouvé la première semaine très agréable, elle avait du temps pour elle. Par contre, elle explique qu'elle s'en est très vite lassée : « Mon problème principal ça a été le manque de sommeil. Je suis une personne qui a besoin de dormir environ 9h par nuit pour être en pleine forme. Pour appliquer cette routine quotidienne, j’aurais besoin de me coucher à 21h30 tous les soirs. Ce que je n’ai pas réussi à tenir, si je voulais continuer à avoir une vie sociale active ! J’ai réussi à tenir deux semaines en dormant moins par nuit, mais cela s’est reflété assez vite sur mon humeur et ma motivation au travail… Je trouve que cette méthode est efficace et je pense qu’elle s’adapte bien à toute personne qui recherche un mode de vie plus sain, ou qui cherche à reprendre le contrôle de son quotidien. Mais moi je me lasse assez vite de la routine… J’ai souvent besoin de changement, de me surprendre et de faire des choses sur des coups de tête » .

- Mylène, Les-défis-des-filles-zen.com, s'est lancé le défi de se lever plus tôt pendant une semaine : « Comme d’habitude, je suis partie pleine de motivation, oui mais… tout ne s’est pas exactement passé comme prévu ! Avec mes deux bouts de chou et les réveils nocturnes, ç a a é té impossible à tenir. Pour m oi, ça a été un échec retentissant ».

- Jessica, Fuckyourbadvibes.com , curieuse, s'est plongé dans The Miracle Morning d'Hal Elrod : « J'avais lu des articles. Pour être honnête, je ne pensais pas qu’il me motiverait à me lever à 5h du matin (je suis curieuse, pas folle). J'aime me lever tard. Très tard. Est-ce que j’ai réussi à me lever plus tôt ? Oui et non. J’ai eu 2 jours courant décembre où j’ai décidé de me lever en même temps que mon compagnon (soit 6h15). Mon avis est que cela peut fonctionner si vous avez décidé au préalable d’une liste de choses à faire. Se lever tôt pour se lever et se dire à 6h ''Bon, je fais quoi maintenant ?'' ne marche pas ».

- De son côté, Josianne, Etreradieuse.com , insiste sur le fait que l'alimentation et le sport joue sur son état de fatigue et est plutôt satisfaite : « Je suis mère à temps plein et lorsque je dis je suis à temps plein c'est que j'ai choisi que ma fille ne soit pas à la garderie ! Donc ayant fait ce choix, je me lève à 5h30 tout les matins, même si j'ai été prendre un verre avec des amis, même si je me suis couchée très tard, etc. Pour travailler... C'est un choix qui se fait ! Tu as deux choix dans la vie et surtout dans celle d'un entrepreneur, tu peux faire des excuses ou de l'argent, rarement les deux ! »

- Camille, Mangeteslégumes.net, a pris la décision de se lever tôt pour pouvoir faire du sport : « On est pas tous du matin. Je suis moi-même plutôt du soir naturellement : je me sens plus concentrée et de bien meilleure humeur après 19 heures. Mais j’ai rapidement appris qu’il était très difficile de tenir une routine quand on veut faire du sport le soir, parce que le monde est truffé de pièges plus difficiles à éviter les uns que les autres. La veille, je prépare toujours mon sac de sport et ma tenue de ville, de façon à ce que j'ai juste à me lever, me doucher, sauter dans mes affaires et décoller. Souvent, le matin, l'esprit cherchera à marchander pour grappiller quelques heures de sommeils supplémentaires. Dans ce cas là, il ne faut pas se poser de questions, se lever et filer directement sous la douche ».


L'avis d'un expert

© Reporters

Est-il possible de changer si brutalement et si rapidement ses habitudes de sommeil ? Est-ce fait pour tout le monde ? Ce sont des questions légitimes qu'on peut être amené à se poser.

Romina Rinaldi, docteur en sciences psychologiques, met en garde : « Concernant le sommeil, d eux facteurs sont à prendre en compte. D'une part, il faut savoir que le fait de se réveiller de grand matin ou de ne pas « être du matin » est lié à certains types de personnalité. Les personnes qui se lèvent spontanément plus tôt ont besoin d'exercer un contrôle important, elles sont généralement plus conventionnelles et rigoureuses avec elles-mêmes. Les personnes « du soir » sont plus créatives et moins attachées aux normes. D'autre part, les besoins de sommeil varient d'une personne à l'autre. On a donc tous un fonctionnement qui nous est propre, qui est lié à notre façon de gérer nos émotions et les év é nements de vie » .

Il serait alors difficile de changer ses habitudes de sommeil si celui-ci était (potentiellement) inné et propre à chacun ? Pour la chercheuse, la réponse est non. « Le cycle veille/sommeil est quelque chose d'ancré - nous avons tous nos habitudes, notre sommeil particulier - mais il n'est pas figé. Il est tout à fait possible de réinscrire de nouvelles routines. J e pense par exemple, aux personnes qui, pour des raisons professionnelles ou personnelles , doivent changer de rythme de vie, ou aux personnes qui souffrent d'insomnies et doivent en quelque sorte « réapprendre à dormir », notamment en modifiant l eur s habitudes de sommeil ».

En définitive, tout dépend de la qualité du sommeil. « Il n'y a pas un nombre d'heures défini pour être en forme. Il faut cependant faire attention si on veut changer se s habitudes de sommeil : si on fait fi de la quantité, il faut avoir un sommeil de qualité – c'est-à-dire un sommeil non fragmenté. Le sommeil a tellement d'impact sur les activités cérébrales et sur la santé physique , il est toujours dans un équilibre très délicat. À partir du moment où les premiers signes de fatigue se font sentir, il faut réorganiser son sommeil, en dormant plus ou mieux. Vouloir exercer un tel contrôle sur son sommeil peut être dangereux car si cette volonté génère du stress et un contrôle excessif par rapport au sommeil, elle peut devenir source d'insomnies ».

Hal Elrod préconise aux jeunes loups de se lever plus tôt pour atteindre les sommets. De son côté, Romina Rinaldi s'interroge sur un sujet plus profond : « Nous sommes dans une société pleine de paradoxes où il faut profiter un maximum de son temps, être stratège avec tous les aspects de la vie et réussir dans sa vie professionnelle comme privée mais en même temps prendre soin de soi ».

Un dernier conseil de la part de la docteur en sciences psychologiques : « On peut tout à fait réorganiser son sommeil, tout en restant vigilant, notre sommeil est précieux et repose sur un équilibre très délicat qu'il serait peu judicieux de mettre délibér é ment en péril ».


Que faire le matin ?

© Pinterest

Des initiatives, comme en France « Sheismorning », proposant des activités très tôt le matin tels que le yoga, la méditation, etc. Bientôt la même chose en Belgique ? Il y a déjà eu des tentatives, notamment des réveils à la discothèque à Namur sur le principe de Morning Glory. Le matin est-il le nouveau soir ?

Comme toujours, il n'y a pas de règles absolues, nous ne sommes pas des robots et se lever tôt ne veut pas forcément dire être productif. C'est très bien d'avoir une hygiène de vie et de suivre une certaine discipline mais il ne faut pas que ce soit une obligation contraignante. Le principal est de se faire plaisir. Si vous levez à 4h du matin vous rend heureuse, faites-le ! Mais ne vous créez pas des complexes parce que vous aimez vous prélasser au lit le week-end.

La semaine, l'idéal serait de programmer son réveil au moins 1h30 avant de quitter chez soi pour ne pas être dans la course dès le matin. Mais profiter de temps en temps d'une grasse matinée sous la couette fait partie des petits bonheurs de la vie.


5 astuces pour se lever (un peu) plus tôt

- Mettre son réveil de l'autre côté de la chambre. Surtout ne pas retarder son réveil de 5 ou 10 minutes car « if you snooze, you lose », dixit Hal Elrod et personne n'a envie de commencer sa journée avec une défaite. Selon plusieurs études, ce serait le meilleur moyen de dérégler son cerveau et son corps, qui se mettrait en mode repos. Et puis qu'est-ce qu'on croit ? Qu'avec 10 minutes de sommeil en plus et on serait au top ?

- Être enthousiaste. Ouvrez les yeux et prenez le temps de s'étirer. Levez-vous avec enthousiasme en vous réjouissant de ce que vous allez vivre pendant la journée. La veille, vous pouvez penser à quelque chose que vous aimez. Un livre dans lequel vous voudriez vous plonger, un projet qui vous tient à cœur, un sport que vous voulez essayer, un endroit où vous aimeriez emmener vos enfants, etc. L'idée c'est d'avoir envie de se lever. Pas facile tous les jours mais à méditer !

- Se défouler. Faire du sport le matin est idéal si on veut conserver une routine sportive. Le soir, les aléas de la vie nous éloignent parfois de nos objectifs : les embouteillages, les apéros, etc. Et puis le matin, c'est le moment où notre métabolisme fonctionne le mieux. Un petit jogging ou une marche rapide avant la douche et le petit déj' est parfait histoire de se vider la tête avant d'aller bosser.

- Planifier sa journée. Reposé(e) et la tête froide, faites une liste des tâches à réaliser pendant la journée ou pendant la semaine. Se fixer des objectifs permet de rester organiser, de maîtriser le temps et de ne pas se sentir débordé(e).

- Éviter les diversions. Lire ses mails ou traîner sur les réseaux sociaux au réveil serait une très mauvaise chose. C'est une activité chronophage et complètement assommante. Ce serait dommage de perdre les heures gagnées sur le sommeil !