Magazine

Véritable phénomène chez les adolescents, le « slime » est une pâte faite maison, visqueuse et colorée.


Homemade et personnalisable, la mythique pâte à modeler s’offre une nouvelle jeunesse auprès des millenials, les enfants des années 2000. Son petit nom ? Le « slime » ! Il est l’objet d’une véritable fascination qui prend place sur les réseaux sociaux. Tutoriels, comptes Instagram avec près d’un million d’abonnés, expérimentations en tous genres, challenges sur YouTube… Les ados craquent pour ce nouveau délire manuel et ludique dans un quotidien toujours plus virtuel et connecté.


Le « slime », kézako ?

Derrière ce mot anglais que l’on prononce « slaïme » et qui veut dire « bave » se trouve une substance gluante et malléable qui rappelle Slimer dans le film culte SOS Fantômes. Le « slime » s’inscrit dans la grande tendance du Do It Yourself (DIY): il est simple à réaliser soi-même et peu coûteux. Pour le faire chez soi, il suffit d’utiliser de la colle, de l’eau, du colorant et du borax, aussi appelé borate de sodium. Ce dernier est un composant utilisé dans les lentilles de contact et trouvable en pharmacie. Pour une petite touche de volume en plus, de la mousse à raser peut être utilisée dans la mixture. La youtubeuse EnjoyPhoenix a consacré un tutoriel au phénomène:



Tendance à modeler

À paillettes, multicolores ou translucides, les enfants tentent donc les expérimentations les plus folles à la maison. Les jeunes « slimers » affichent ensuite leurs créations sur les réseaux sociaux, générant parfois des centaines de milliers de vues. Mais pourquoi ce phénomène est-il si populaire ? La réponse se cache en partie derrière le hashtag #oddlysatisfying (étrangement satisfaisant). Regarder des vidéos de personnes pétrir du « slime » aurait un effet aussi hypnotique que thérapeutique. « Je pense que les gens aiment les couleurs et la texture de cette substance. Le slime est extrêmement attirant quand on le voit en vidéo. Il te donne envie de mettre tes doigts dedans. C’est également un très bon antistress », explique le compte WavesSlimes au magazine culturel Hunger.



Born in the U.S.A.

Si la tendance du « slime » commence à faire son chemin gluant en Europe, c’est aux États-Unis qu’elle est née en 2016. Aujourd’hui, le hashtag #slime atteint presque les trois millions d’occurrences sur Instagram. Cet engouement a attiré l’attention de NPD Group, un spécialiste mondial des études de marché. Dans un article intitulé « Things are about to get sticky », le groupe signale que la tendance du « slime » serait à l’origine d’un bond de 4% des ventes de colle dans le pays au mois de décembre 2016 et de 12% en ce qui concerne la colle à paillette. Avec ces chiffres, il semblerait que cette nouvelle pâte à modeler soit l’une des tendances les plus populaires de ces dernières années.


Le « slime », un danger pour la santé ?

La pâte gluante a du succès et tout le monde veut s’y coller. Les tutoriels fleurissent sur Internet, mais ils omettent souvent de préciser que réaliser du « slime » n’est pas toujours sans risque. Le borax qui le compose peut en effet provoquer des brûlures et des allergies, et il ne faut surtout pas l’avaler. Une jeune Anglaise l’a appris à ses dépens comme le révèle un article de The Independant. Elle doit désormais subir une opération de chirurgie esthétique, car ses mains ont été brûlées à cause du mélange. Si vous voulez essayer d’en faire en famille, privilégiez donc une recette sans borax.