Magazine

Pour les bambins aussi, la discipline apporte sérénité, bienveillance et une meilleure connaissance de son corps.

Le yoga pour enfant, auparavant assez discret, se forge une place durable dans le paysage des activités extrascolaires. ”Je donne des cours de yoga aux enfants depuis 10 ans et je remarque qu’il y a une demande grandissante, mes cours sont complets et de plus en plus de professeurs de yoga donnent des cours aux enfants”, constate Catherine Blondiau, professeure de yoga à Ittre.

Le yoga entre même dans les écoles et les crèches dorénavant. “Ce sont des cours dispensés dans une approche globale”, précise encore la spécialiste. Mais, concrètement, que font les enfants au yoga ? Font-ils des postures (asanas) comme les adultes à seulement quatre ou cinq ans ? Ils y apprennent certes la souplesse, mais pas que… “Chaque professeur à sa méthode et son approche”, explique Catherine Blondiau. “J’essaie d’être à l’écoute des besoins des enfants. Après l’école, par exemple, ils ont parfois besoin de bouger.”

Le cours de yoga va être l’occasion de se dépenser “ludiquement”. “On joue à 1-2-3 pose yoga ou au tapis musical. Car on apprend souvent aux enfants à sentir leur corps, pas à le connaître. On va faire des postures de yoga, des jeux basés sur la respiration, de la relaxation…” Et même parfois, des jeux étonnants pour “voir le potentiel de leur corps, comme se mettre sur la tête…”

Le yoga est également l’occasion pour les enfants d’apprendre à évoluer dans le respect et la bienveillance. Beaucoup d’exercices en groupe ou par deux sont proposés. “L’idée, c’est d’aller à la rencontre de l’autre, dans la non-violence”, détaille la professeure de yoga.

À travers des jeux, on va adopter des postures deux par deux… On ne force jamais les enfants à faire ce qu’ils ne veulent pas. S’ils ne veulent pas faire l’un ou l’autre exercice, on va faire en sorte qu’ils le regardent, en respectant le fait que les autres le font.”

Du côté de Waterloo, au centre Surya, on insiste aussi sur l’importance de “l’épanouissement” de l’enfant et de la “coopération” et la “créativité.”

Car, les enfants sont créatifs. Ce n’est pas Catherine Blondiau qui le démentira.

“On essaie de rendre les enfants autonomes pour qu’à terme ils puissent mettre leurs exercices en pratique à la maison, à l’école, en déplacement scolaire, avant un examen…”,dit-elle. “Ils accrochent vite. Ils sont très créatifs. Ils inventent des postures dans lesquelles ils se sentent bien… C’est vraiment un espace de créativité et de liberté.”

La pratique du yoga souffre, malgré elle, de clichés à la peau dure. On pense qu’on doit y mettre les enfants introvertis ou, au contraire, les plus énergiques pour les calmer. Or, la pratique convient à tous et toutes. Dès le plus jeune âge. “En Inde, on considère que l’enfant peut commencer à faire du yoga quand il sait porter sa nourriture en bouche tout seul”, précise Catherine Blondiau. Pas étonnant que le yoga débarque dans les crèches. “Avec eux, c’est la découverte de l’environnement, de la nature et de leur corps. On va, par exemple, faire rouler des balles sur leurs corps, jouer à quatre pattes.”

Cette description n’est pas vraiment différente de celle de la psychomotricité. “Chacun puise dans différentes approches”, admet Catherine Blondiau. “Dans le yoga, on y ajoute les émotions. On va se relaxer, se reconnecter avec la nature, se connecter à l’instant présent, à la rencontre de celui qu’on est. On les accompagne dans ce qu’ils sont, sans refréner leur élan de vie, leur enthousiasme.”


Infos : www.yoga-abepy.be; catherineblondiau.be;

www.centre-surya.be.