Magazine Noa Jansma en avait marre de se faire harceler en pleine rue.

Etre une jolie jeune étudiante de 20 ans à Amsterdam, ce n'est pas évident tous les jours. Noa Jansma vit dans la capitale néerlandaise et voulait faire quelque chose pour faire face au harcèlement de rue au quotidien. Des phrases du style : "Jeune fille où vas-tu ? Tu ne pense pas que nous pouvons passer du bon temps ensemble ?"; 'Tu veux un baiser ?" Sexy girl, tu veux venir dans ma voiture ?", Noa en avait plus que marre de les entendre régulièrement en plus des sifflements et des sous-entendus graveleux.

La jeune femme a donc trouvé une méthode pour le moins originale pour dénoncer le harcèlement de rue. Elle a décidé de prendre un seflie avec tous ses harceleurs. Elle a créé pour le coup un compte Instagram appelé "dearcatcallers" (comprenez chers harceleurs) et durant un mois, elle a publié régulièrement des seflies avec toutes les personnes qui l'ont harcelée en rue.

"Souvent, les femmes ne savent pas répondre à un commentaire sexiste", a-t-elle expliqué au site redpers. "Poursuivre sa route semble être la seule solution, mais cela n'a aucune conséquence pour les harceleurs. Parfois je leur faisais un doigt d'honneur, mais je me sentais bête après. Je voulais faire quelque chose qui me donne du pouvoir sur eux."

C'est lorsque deux jeunes hommes l'ont filmée dans un train accompagné par de nombreuses remarques grivoises et déplacées qu'elle a pris son courage à deux mains et qu'elle s'est décidée à demander aux hommes de prendre une photo avec eux.

En tout, 24 clichés ont été publiés durant le mois de septembre. Et ce n'est que la partie émergée de l'iceberg car Noa en avait encore bien d'autres en stock."La frontière est mince entre remarque sexiste et compliment",détaille-t-elle. "Il est difficile d'estimer quand est-ce que je dois faire une photo, et quand est-ce que ça n'en vaut pas la peine. Parfois, je prends la photo puis je la supprime plus tard, parce que ce n'était peut-être pas vraiment sexiste." 

"Mon mois de selfies avec mes harceleurs est terminé mais cela ne veut pas dire qu'il n'y a plus de harceleurs", souligne sur son compte Instagram la jeune femme. "Pour montrer que c'est un phénomène global, je vais transmettre ce compte à d'autres filles dans le monde entier." 

Voici une partie des selfies de la jeune femme: