Magazine

De plus en plus nombreuses dans les compétitions sportives, les femmes ne sont toujours pas épargnées par les propos machistes. Mais les hommes aussi sont parfois victimes de sexisme.

Au fur et à mesure du temps, le sport s'est ouvert aux femmes. Si bien qu'aujourd'hui, elles sont bien plus nombreuses à participer aux Jeux Olympiques (45% des participants). Mais les mentalités, elles, ont encore bien du mal à évoluer. Et le sexisme reste de mise avec des remarques sur leur physique plus que sur leurs performances par exemple. Une étude réalisée par l'université de Cambridge juste avant les JO de Rio montre d'ailleurs que les mots les plus associés aux hommes lors de cette grande compétition sportive sont « forts », « rapides » et « grands », alors que pour leurs homologues féminines, on entend davantage les termes « âgées », « enceintes » et « célibataires ». Cette année encore, les commentateurs, les journalistes et les réseaux sociaux s'enfoncent dans ce machisme ambiant. Voici les dernières perles en date (celles qui sont médiatisées).


Une gymnaste comparée à un "cochon"

© AFP

La gymnastique n'a jamais été le fort du Mexique. Mais cette année, une femme, Alexa Moreno, a pu s'aligner en phases éliminatoires des JO en poutre, barres asymétriques, sol et saut. Terminant à la 31e place, les Jeux se sont achevés mercredi pour elle. Sur les réseaux sociaux, ce n'est pas de sa performance que les internautes ont discuté, mais bien de son physique. Certains l'ont comparée à un cochon, à une compétitrice de concours de hot dogs. D'autres ont même remis en question sa présence à cette compétition en déclarant qu'il fallait bien remplir des quotas. Heureusement, des sportifs et d'autres membres de Twitter l'ont félicitée et encouragée.

"Félicitations à Alexa Moreno pour sa grande participation aux Jeux Olympiques. Une raison de plus de nous sentir fiers malgré toutes les critiques".



"Fière de la gymnaste mexicaine Alexa Moreno qui en plus d'être un athlète pour les JO doit supporter des commentaires dégradants. Tu es une inspiration"



"Les femmes ne s'intéressent pas aux résultats"

Avant que les JO 2016 ne débutent, il est reproché à NBC de diffuser certaines disciplines trop tard (comme la natation ou la gymnastique). Les explications de la chaîne américaine remportent déjà une médaille d'or du sexisme avant même le coup d'envoi des Jeux: "Le public qui regarde les Jeux n'est pas particulièrement fan de sport. Ce sont davantage des femmes que des hommes. Elles s'intéressent à l'aventure olympique plus qu'aux simples résultats", avant d’expliquer cet engouement féminin : "Les JO, c’est comme la téléréalité ultime et un feuilleton en une seule émission".


"Une femme de..."

© REPORTERS

Belle performance dimanche dernier pour Corey Cogdell-Unrein qui a décroché le bronze au tir skeet. Dans le Chicago Tribune, on peut lire: "Corey Cogdell, épouse du défenseur des Bears Mitch Unrein, remporte la médaille de bronze à Rio". Plus loin dans le texte, il est davantage fait état de sa relation amoureuse avec le footballeur que de ses résultats sportifs.

La Hongroise Katinka Hosszu décroche sa troisième médaille d'or au 200m 4 nages et établit un nouveau record olympique. Sur NBC, il n'est pas question de son résultat. Tous les yeux sont tournés vers le "héro du jour", son entraîneur, qui est son mari par la même occasion. "Et voici la personne responsable de sa performance", commentent les journalistes.


"Grassouillettes"

© AP

Lundi dernier, l'équipe féminine italienne de tir à l'arc entrait en lisse. Voici le surnom donné par un journaliste d'il Resto du Carlino: "trio delle cicciottelle" (trio de grassouillettes). Depuis, le journal a présenté ses excuses et licencié son directeur du cahier sportif.


"Les poupées suédoises"

© REPORTERS

Juste avant les JO de Rio, le journal argentin Olé publiait un reportage sur les athlètes suédoises. Le titre en dit déjà long sur le fait qu'il ne sera nullement question de leurs performances sportives, mais bien de leur physique: "Las muñecas suecas" (Les poupées suédoises). On y retrouve des déclarations comme: "Les autres délégations ont, elles aussi leurs beautés. Mais les poupées suédoises ont capté l’attention de tous les yeux".


Les Japonaises, des "pikachu"

Propos jugés racistes ou sexistes? Un peu des deux. France Télévisions a dérapé devant la prestation des gymnastes japonaises. Voici le commentaire d'un journaliste: "C’est beau à voir cette équipe. On dirait un petit manga, il y a tous les petits personnages qui sont contents (...) On se croirait dans les dessins animés. Il y a des petits Pikachu de partout." L'ancien gymnaste Thomas Bouhail s'est depuis excusé publiquement : "Je voulais revenir sur les commentaires qu'on a pu faire lors des qualifications sur cette belle équipe du Japon, m'excuser auprès de l'équipe féminine du Japon si mes paroles ont été un peu mal interprétées ou ont pu choquer certaines personnes. C'est n'était bien évidemment pas mon intention, loin de là. J'ai eu l'occasion de partir à plusieurs reprises au Japon et de les côtoyer. On les avait même invités à venir s’entraîner avec nous, et je vous garantis qu'un sentiment de sympathie et de respect règne entre nous. C'est vraiment une culture que j'adore, j'ai des tatouages de culture asiatique partout sur le corps donc c'est vous dire que je suis bien content qu'ils aient gagné ce titre olympique hier chez les garçons."



Les Françaises, plus féminines que les Américaines"

© REPORTERS

Lundi dernier, l'ex rugbyman Fabin Galthié livrait son analyse pour le match de rugby à 7 entre la France et les Etats-Unis: "Les Françaises sont beaucoup plus mignonnes, beaucoup plus féminines que les Américaines".


Les hommes sont des hommes, les femmes sont des filles

L'inconscient révèle parfois les pensées. Sans doute sans le faire exprès, certains journalistes parlent d'hommes pour qualifier un champion olympiques et de filles pour les sportives. Sur NBC, on a donc entendu parler de "l'équipe de cyclisme de filles".


Elle "nage comme un homme"

© AFP

Katie Ledecky a battu le record du monde au 400m nage libre samedi dernier. Les commentaires sont venus de toute part pour saluer sa performance et dire qu'elle "nage comme un homme". Dans le Daily Mail, elle a même été surnommée "Michael Phelps en femme". Il est vrai que l'Américaine "tord pas mal de mecs à l'entraînement", comme le déclarait son compatriote Conor Dwyer. Même chose pour Vieira da Silva, la grande joueuse de football brésilienne, qui s'est vue rebaptisée "Pelée en jupe" lors de son match contre la Suisse.


Les plus beaux "renflements"

Les magazines féminins ne sont pas en reste lorsqu'il s'agit de sexisme envers les hommes notamment. Pas question ici de parler de sport, mais bien de torses, de muscles et de renflements. Sur le site du Cosmopolitan, on peut ainsi découvrir 34 photos d'athlètes sélectionnés pour la taille de leurs attributs qu'on peut distinguer via leur maillot de bain.