Magazine Chaque métier a ses avantages et ses inconvénients. Si à première vue le job de blogueur voyage peut présenter une liste sans fin de points positifs, l'un de ceux qui a décidé d'en vivre lève le voile sur son quotidien.


Voici trois ans que Bruno Maltor vit de sa passion. Une grande partie de l'année, il est en vadrouille à l'étranger pour découvrir les coins connus de la Terre, mais également les spots plus atypiques qu'il présente sur son blog. Sauf que pour parvenir à se renouveler et à proposer du contenu sur une base régulière, Bruno ne doit pas compter ses heures. 

" J'ai parfois du mal à décrocher tellement je suis passionné par ce que je fais" avance-t-il dans une vidéo diffusée par le Huffington Post. " Quand je suis en voyage, je me lève en général à cinq-six heures du matin et je me couche à minuit."

Mais ce n'est pas là l'aspect le plus contraignant de son quotidien de globe-trotter. Il pointe également la difficulté de tisser des relations durables, comme tout un chacun le ferait dans un emploi plus conventionnel. " On fait de belles rencontres, ce qui est cool, mais ça restera éphémère parce que je sais que je partirai à un moment."

Le vadrouilleur-blogueur pointe également les conditions climatiques favorables et une organisation sans faille comme critères d'un blog bien tenu.