Magazine Directeur de la musique depuis les grands débuts du parc, Vasile, n’a pas fini d’enchanter nos oreilles…

À Disneyland Paris, il est le maître de la musique. Celui qui, depuis plus de deux décennies, jette ce sort imparable sur nos oreilles et notre organe buccal, incapable de ne pas fredonner ses créations musicales des jours durant après une visite à Marne-La-Vallée. Réfugié originaire de Timisoara, dans la Roumanie de Ceausescu, Vasile Sirli gagne la France vers la fin des années 80, riche d’une déjà belle carrière dans la seule maison de disques roumaine de l’époque, Electroprod. Des rêves plein la tête, plusieurs casquettes à son sommet (il est, à l’époque, déjà compositeur, arrangeur et producteur !) et des maquettes plein la valise. Si composer pour Disneyland Paris est devenu la majeure partie de son travail (Vasile reste un compositeur indépendant, qui a "besoin" de cette liberté d’aller fureter là où l’inspiration le guide), c’est avec des ambitions musicales un peu différentes, que Vasile a mis le cap sur l’Hexagone.

"Travailler pour Disney ? Honnêtement, je ne l’envisageais pas. En Roumanie, nous n’avons pas cette culture du parc à thèmes, un environnement qui m’était tout à fait étranger. De Disney, je ne connaissais que les films d’animation. Et leur musique, déjà, tellement émotionnelle."

Lorsqu’il présente ses projets musicaux aux équipes en charge de l’ouverture de Disneyland Paris, il fait mouche d’emblée. "Mais c’est moi qui ai décliné l’offre… Jusqu’à ce que Disneyland Paris insiste pour que je m’immerge dans leur univers américain. Je me suis alors déplacé à Walt Disney World, en Floride. Où je suis tombé sous le charme du soin du détail, de la culture d’entreprise et de l’esprit Disneyland Paris. De retour de ce voyage, je m’engageais pour deux ans à Marne-La-Vallée. Puis trois. 25 ans plus tard, je suis toujours là, et toujours aussi heureux d’y être !"

De Mozart à Deep Purple

Créateur de plusieurs chansons de shows et de parades pour le parc, Vasile a une conception très spécifique de son métier. "Adapter des univers de films et de dessins animés au monde du spectacle, du live, avec des contraintes de timing très strictes, des obligations de relance du morceau à certains endroits, etc. est un travail très spécifique. Notre obsession, c’est la mélodie. Réinterpréter un matériau de base d’excellente facture, avec les voix des plus grands comme Phil Collins ou Elton John, en y mettant une touche personnelle, est un challenge quotidien magnifique et passionnant."

Les inspirations de Vasile ? "Si Disneyland Paris est un lieu hors du temps, n’allez pas croire que la musique à Disneyland Paris est imperméable aux influences musicales de notre ère. Si vous prêtez vraiment l’oreille, vous verrez qu’il y a ci et là des petites pépites de Mozart et de Beethoven (des micro-instants de leurs œuvres, relues), mais aussi du Deep Purple dans les sonorités qui sortent de nos studios !"

En tant que compositeur de renom, Vasile refuse toutefois de tout réécrire, de tout réinterpréter. Un exemple ? La musique, iconique, de l’attraction It’s a small world. Dont les haut-parleurs crachent sans doute la ritournelle la plus efficace du monde. "Si on me demandait d’y toucher, ce serait un non catégorique. Mais Disney a bien conscient de la puissance de cette composition des frères Sherman…"