People

Des manifestations géantes dans plusieurs villes américaines et le retour des bonnets roses: la "Marche des femmes", qui avait défié Donald Trump il y a un an, a fait un retour en force ce samedi.


La plus importante manifestation a eu lieu à Los Angeles, deuxième ville du pays, avec quelque 600.000 manifestants. Parmi eux, de nombreuses femmes naturellement, dont quelques personnalités.

Certaines sont venues en famille, d'autres entre copines. Ce fut le cas de Cameron Diaz, accompagnée d'Adele et de Jennifer Lawrence. La chanteuse a posté une photo d'elles trois, panneaux à la main, avec ce commentaire: "Les personnes les plus influentes dans ma vie sont des femmes. Je suis tellement chanceuse d'être une femme. J'espère que je ne suis pas définie par mon genre mais pour ce que j'apporte à ce monde, à ma capacité d'aimer et d'avoir de l'empathie".

Un peu plus loin, Drew Barrymore marchait également. Dans une courte vidéo postée sur Instagram, l'actrice justifie sa présence avec beaucoup d'émotion. "Aujourd'hui je marche pour les femmes et j'ai deux filles. C'est émouvant d'être ici et d'être à cette période dans ce monde. Tout ce que je peux dire c'est 'Faites-le pour elles et battez-vous comme des filles".

D'autres actrices faisant partie du mouvement de ce samedi, comme Cate Blanchet, Natalie Portman, qui s'est exprimée au micro aux côtés d'Eva Longoria, à l'origine du mouvement #Timesup pour lequel une large majorité d'actrices se sont habillées en noir lors de la cérémonie des Golden Globes.


Scarlett Johansson s'insurge contre James Franco

L'actrice Scarlett Johansson a également pris la parole à Los Angeles, comme l'an dernier. Après avoir remercié les organisatrices de la marche aux côtés de son amie Mila Kunis, elle a accusé l'acteur James Franco (récemment accusé d'harcèlement par cinq femmes) d'hypocrisie. Même si elle ne l'a pas clairement cité, les représentants de l'actrice ont confirmé qu'il s'agissait bien de lui. "Comment une personne peut-elle publiquement soutenir une association qui vise à aider les victimes de harcèlement sexuel pendant qu'en privé elle tente d'abuser de son pouvoir sur des personnes qui n'en n'ont pas? Au passage, je souhaite récupérer mon pins", a-t-elle déclaré sur scène. Scarlett Johansson a fait illusion au pins Time's Up qu'il arborait fièrement lors de la soirée des Golden Globes.

© AFP
L’actrice Viola Davis, qui avait reçu l’Oscar du meilleur second rôle en 2017 pour sa prestation dans Fences, a, comme à son habitude, délivré un discours puissant à Los Angeles. "Chaque jour, votre job en tant que citoyen américain n’est pas uniquement de vous battre pour vos droits, mais aussi de vous battre pour les droits de chaque individu qui respire, dont le cœur bat et vit sur cette Terre. Ce n’est pas uniquement pour les ‘MeToos’ que je prends la parole aujourd’hui, mais lorsque je lève ma main, je suis consciente de toutes ces femmes qui restent encore silencieuses. Les femmes sans visage. Les femmes qui n’ont pas l’argent, qui n’ont pas la constitution nécessaire, qui n’ont pas confiance en elle et qui n’ont pas d’exemples dans les médias pour leur insuffler l’estime de soi qui leur permettrait de rompre ce silence qui prend ses racines dans la honte des agressions et dans la stigmatisation des agressions", a-t-elle exprimé.

D'autres célébrités s'étaient glissé parmi les manifestants, comme Paris Jackson qui s'est également exprimé devant la foule, l'actrice Sophia Bush ("Chicago justice", "Les frères Scott"), l'artiste-comédienne Zoe Kravitz, le point levé sur une photo postée sur Instagram, l'actrice féministe Emma Watson n'aurait manqué l'événement pour rien au monde. Elle a marché à Los Angeles avec un bonnet rose. 



Les nombreuses femmes présentes ont aussi pu compter sur l'important soutien de la chanteuse-star Madonna, présente avec des amies à Washington.

Plusieurs actrices de la série à succès "Orange is the new black" étaient également dans les rangs ce samedi. Dont Jackie Cruz, active dans la défense des droits des femmes. 

A New York, la police a estimé la foule rassemblée sur plusieurs dizaines de pâtés de maisons le long de Central Park à 200.000 personnes. Whoopi Goldberg a aussi pris la parole dans la Big Apple, en soutien au mouvement anti-harcèlement sexuel #Metoo.

Alors que les manifestants dénonçaient en masse les politiques de l'administration Trump un an exactement après son arrivée au pouvoir, le président américain a tâché de présenter les choses à son avantage. Dans un tweet, il a encouragé à défiler pour "célébrer les réussites historiques et les succès économiques sans précédent des 12 derniers mois" en ajoutant: "Taux de chômage féminin au plus bas depuis 18 ans!".