People

Connu pour son tube à midinettes Emmène-moi, Allan Théo nous emmène aujourd’hui dans le monde des adultes avec un X. “ Vous m’avez connu chanteur ? Dès le 24 octobre, découvrez-moi dans une nouvelle expérience musicale et pornographique”, annonçait le teaser énigmatique sur la chaîne YouTube de Marc Dorcel, pape de l’empire porno made in France. “ Je ne me projette pas dans une carrière d’acteur pornographique, nous confie l’intéressé, joint par téléphone. Mais comme j’ai envie de traiter du sexe, autant aller là où on en traite de manière explicite.” À savoir – en plus des shows érotiques qu’il propose en salon avec l’actrice porno Ava Courcelles (sous le nom de Mr et Mrs X) – l’industrie du film pornographique. On nous a directement classés dans la catégorie hardcore , déplore-t-il. Alors que c’est bien plus gentil que ce qu’on fait à la maison… Allan Théo joue naturellement et instinctivement, insiste-t-il avec sa femme Sophie et la sœur jumelle de celle-ci (la même Ava Courcelles).

“Quand on fait l’amour, on fait l’amour. Je mets en valeur le plaisir de ma femme, elle n’est pas un objet que je prends et que je jette après comme dans la plupart des films pornos machistes.”

Allan Théo confesse qu’il n’aurait pas pu le faire sans sa femme. “Elle a toujours été là. Avec mon premier clip (Je dérive) et malgré les critiques, elle me disait : “Tu es comme cela. Et je t’aime comme tu es.”

Ces activités traduisent un besoin de liberté. “Outre l’envie d’assouvir nos fantasmes mutuels avec ma femme, car nous sommes très exhibitionnistes, j’avais envie de me sentir enfin libre. À plusieurs niveaux. Le premier a été franchi avec mon album précédent. À savoir m’affranchir du nom Allan Théo, année 98, tout mignon et tout gentil.” Le milieu érotique lui permettrait une liberté artistique totale. Pour preuve, il présente ses shows et films sur sa propre musique, devenue plus électro.

Pas question de se faire du fric. Mais bien de parler de sexe, sans tabous. “Mon challenge est de dédramatiser l’acte sexuel. Ce film est donc un premier pas vers ce projet plus global.” L’ex-fleur bleue dit agir par instinct. Il a d’ailleurs gardé son nom, consciemment. “Je n’ai pas envie de mentir. J’ai été obligé de me cacher pour faire ce que j’aimais mais si je continuais aujourd’hui, ce serait me mentir à moi-même. Je suis Allan Théo et je suis comme ça.”

Allan Théo semble enfin apaisé. “Je me sens presque le devoir de poursuivre sur cette voie, ne fût-ce que pour mes enfants. Je ne veux pas qu’ils se disent que je n’ai jamais rien osé dans ma vie mais bien qu’ils sachent qu’ils ont un père et une mère qui assument ce qu’ils font. Avoir une sexualité dure ne nous empêche pas d’être de bons parents.”

Pour en savoir plus : www.allantheo.net ou www.eropolis.fr