People

"Appelez-moi Caitlyn": la star américaine de téléréalité, champion olympique et nouveau porte-drapeau des transgenres Bruce Jenner a parachevé son changement d'identité sexuelle avec une pose sexy en couverture de Vanity Fair.

C'est la première fois que le beau-père de Kim Kardashian révèle le prénom féminin qu'il s'est choisi, inscrit en lettres noires sur la couverture de l'édition de juillet du magazine américain.

On y voit Caitlyn en body de satin blanc, épaules nues, assise sur un tabouret, avec de longs cheveux bruns ondulés. Elle regarde droit dans l'objectif de la grande photographe de célébrités Annie Leibovitz, en souriant légèrement.

Caitlyn Jenner a également ouvert son compte sur Twitter, @Caitlyn_Jenner, qui affiche déjà près d'1 million d'abonnés en quatre heures. Son premier message lundi a été relayé plus de 165.000 fois: "je suis tellement heureuse après un tel combat de pouvoir vivre sous ma vraie identité. Bienvenue dans ce monde Caitlyn. J'ai hâte que vous fassiez sa/ma connaissance".

"Caitlyn Jenner" était en tête des mots-dièse les plus populaires du jour sur le réseau social Twitter et des sujets les plus vus sur Facebook.

Parmi les innombrables messages de soutien, la créatrice de la série à succès "Girls" Lena Dunham demandait à Caitlyn de lui apprendre "comment conduire une voiture avec boîtier de vitesse manuel en talons".

Les réactions très attendues des filles et belles-filles de la star de téléréalité ne se sont pas faites attendre: "soit libre maintenant, joli oiseau", a tweeté sa fille la mannequin Kendall Jenner. Sa belle-fille Kim Kardashian, célébrité planétaire et épouse du rappeur Kanye West: "c'est tellement beau! Soit heureuse, soit fière, vis ta vie à TA manière!".

La soeur de Kim, Khloe, renchérissait sur son compte: "nous avons eu la vie parce que tu étais assez forte pour la vivre. Je ne pourrais être plus fière. Caitlyn, tu es belle!".

La proche conseillère du président américain Barack Obama, Valerie Jarrett, a pour sa part twitté: "Ravie de faire votre connaissance @Caitlyn_Jenner. Le choix courageux de vivre votre vraie identité est un exemple fort pour beaucoup d'autres".

Sarah Kate Ellis, présidente de l'organisation Glaad, qui milite pour l'acceptation des identités sexuelles, soulignait pour sa part sur Twitter qu'en "partageant son chemin avec le monde entier, @Caitlyn_Jenner accélère l'acceptation des transgenres partout".

La chaîne ABC a par ailleurs annoncé que Jenner recevrait le prix Arthur Ashe du courage lors de la cérémonie des ESPY, prix des performances de l'année décernés par la chaîne sportive ESPN. Ce prix honore les sportifs dont l'aura dépasse le monde du sport, déjà octroyé à Mohammed Ali ou la championne olympique Cathy Freeman, entre autres.

"Jenner a d'abord capté l'attention de la nation avec ses prouesses athlétique et sa détermination, la même dont il a fait preuve en avril dernier quand il s'est révélé face à Diane Sawyer sur ABC en tant que femme trans-genre", explique la chaine dans un communiqué.

Lors d'une interview télévisée sur ABC fin avril, après des mois de spéculations dans la presse, l'ex-athlète de 65 ans avait déclaré "au fond, je suis une femme".

Sur son site internet, Vanity Fair montre plusieurs autres photos qui paraîtront dans le numéro de juillet: on y voit notamment Caitlyn Jenner en robe rouge moulante, silhouette élancée, au volant d'une voiture de sport, ou posant en long fourreau glamour.

Dans une vidéo accompagnant l'entretien à Vanity Fair, Caitlyn explique en voix off qu'avant sa transition, "Bruce devait toujours mentir, tous les jours, il avait un secret".

"Dès que la couverture de Vanity Fair sera publiée, je serai libre", affirme-t-elle.

Caitlyn Jenner raconte au magazine qu'elle a subi une crise de panique au lendemain d'une opération de dix heures pour féminiser son visage le 15 mars. Le magazine affirme aussi que Jenner n'a pas subi de chirurgie génitale.

Caitlyn raconte avoir pensé: "mais qu'est-ce que j'ai fait?". Mais un conseiller spécialisé lui a fait comprendre que de telles réactions étaient classiques et temporaires après de telles opérations.

© AP