People La fille aînée de Grace Kelly fête ses soixante ans.

Demain, la princesse Caroline de Monaco célèbrera son soixantième anniversaire. Premier enfant tant attendu du prince Rainier III et l’actrice oscarisée Grace Kelly, muse d’Alfred Hitchcock.

Enfance insouciante avec son frère Albert et sa sœur Stéphanie, petite fille modèle vêtue en costume traditionnel lors de la fête nationale, Caroline ne tarde pas à attirer tous les regards au sortir de l’adolescence.

À 21 ans, diplômée de La Sorbonne en philosophie, elle épouse l’homme d’affaires français Philippe Junot de 17 ans son aîné. Un mariage finalement consenti par ses parents, estimant leur fille trop jeune. Le temps leur donna vite raison.

Caroline revint sur le Rocher pour panser ses désillusions amoureuses. Il s’en suivit des idylles avec Roberto Rosselini, fils d’Ingrid Bergman, puis avec le joueur de tennis Guillermo Vilas. Caroline fait la Une quasiment toutes les semaines de la presse de cœur.

Septembre 1982, au retour de leur résidence de Roc Agel, Grace et la princesse Stéphanie sont victimes d’un accident de la route qui les conduit dans un précipice. Grace perd la vie à 52 ans. Le choc est rude pour les Grimaldi qui se soudent plus que jamais.

Caroline devient la Première Dame du Rocher. Elle ne tarde pas à croiser le chemin d’un bel industriel italien Stefano Casiraghi. Le mariage civil est célébré le 29 décembre 1983. Le Vatican n’annulera le mariage religieux avec Philippe Junot qu’en 1992.

Trois enfants vont naître de cette union sereine et heureuse : Andrea (1984), Charlotte (1986) et Pierre (1987). Caroline est à l’apogée de sa beauté. Elle pose pour les objectifs de photographes de renom et de son fidèle ami Karl Lagerfeld qui la sublime encore plus dans une série de clichés où elle apparaît dans toute son aura de princesse coiffée d’un diadème familial.

Caroline devient la princesse des Arts à Monaco : elle relance les ballets de Monaco, veille au concours international du bouquet, au Bal de la Rose, au prix littéraire Prince Pierre,…

Et puis, ce tragique mercredi 3 octobre 1990, son époux Stefano qui vient de fêter ses 30 ans avec proches et amis à Marrakech, perd la vie lors d’un accident d’offshore, dont il fut champion du monde, au large de Saint-Jean-Cap-Ferrat.

Rainier parvient à localiser Caroline qui est chez son coiffeur à Paris, se préparant pour une soirée à l’Opéra Garnier. Elle a 33 ans et trois enfants en bas âge.

La douleur lorsqu’elle est publique, est encore plus effroyable. Caroline prend le chemin de Saint-Rémy-de-Provence pour se reconstruire à l’abri du tumulte. Avec le temps, elle reviendra à Monaco pour exercer à nouveau pleinement son rôle de princesse, toujours si proche de son père Rainier.

En 1999, elle se remarie avec le prince Ernst August de Hanovre, un amour dit-on de jeunesse. C’est une véritable passion entre Caroline et le chef de cette ancienne famille royale allemande, cousin d’Elizabeth II d’Angleterre et de Sophie d’Espagne.

Des années d’insouciance où elle renoue avec le Gotha et la jet-set internationale de Gstaad, à New York, en passant par l’île kenyane de Lamu où son mari possède une résidence, l’été sur son yacht en Méditerranée ou encore à Paris ou dans les châteaux familiaux d’Ernst August à Marienbourg et Calenberg. Une fille Alexandra couronne ce nouveau bonheur.

Mais Ernst August de Hanovre a ses démons dont l’alcool. Alors que le prince Rainier est au plus mal, le mari de Caroline doit être placé en coma artificiel en raison d’une pancréatite aiguë. On imagine le désarroi de la princesse qui assiste seule aux funérailles de son père en avril 2005, son époux étant encore hospitalisé.

Avec le temps, la passion s’estompera. Caroline et sa fille Alexandra reprendront le chemin de Monaco. En 2011, le prince Albert épouse Charlène Wittstock. Quoique l’on ait pu dire, la princesse Caroline a toujours laissé sa belle-sœur en pleine lumière.

La princesse bientôt grand-mère pour la quatrième fois, s’est reconstruit une vie centrée sur les siens, proches comme toujours de ses enfants, tendre grand-mère comme on a pu le voir lors de la dernière Fête nationale, en appui de son frère le prince souverain lorsqu’il en a besoin et redevenue complice avec sa sœur cadette Stéphanie dont la vie sentimentale en son temps chaotique avait créé entre elles une distance.

Ambassadrice de bonne volonté de l’Unesco, présidente d’honneur de l’Amade (association mondiale des amis de l’enfance), commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française, cette princesse polyglotte, érudite, qui a hérité du style et de la classe de sa mère, savoure aujourd’hui une vie enfin sereine et épanouie.

Bon anniversaire Madame !