People

La succession de Serge Gainsbourg était « un flou total » selon la chanteuse française.


Serge Gainsbourg aurait eu 90 ans le 2 avril. L’occasion pour Charlotte de se confier au Parisien. Et d’évoquer la douloureuse succession de son père. Là où Johnny Hallyday a fait un choix fort et controversé en déshéritant deux de ses enfants, l’interprète de La Javanaise a eu une tout autre posture.

Après moi le déluge

« Mon père nous a laissés dans un flou total. C’est ce qu’il voulait : après moi le déluge », explique la chanteuse de 46 ans qui n’avait que 19 ans à l’époque. Lucien « Lulu » Gainsbourg, issu de sa relation avec Bambou, n’avait que 5 ans. « C’était très douloureux au départ, comme ça l’est toujours dans toutes les familles », avoue Charlotte qui a été « ravagée » par la mort de son père le 2 mars 1991. 

« On n’a pas eu d’embrouille »

L’héritage de Serge Gainsbourg n’a pas créé de tensions au sein de sa famille pour autant. En plus de Charlotte et de Lulu, la succession concernait les deux premiers enfants du poète français : Natacha et Paul, nés dans les années 1960 alors qu’il était en couple avec Françoise-Antoinette Pancrazzi, sa deuxième épouse. « C’est revenu aux enfants, on a tout partagé… On gère le droit moral tous les quatre. On n’a pas eu d’embrouille ».

Charlott Gainsbourg, elle, était la seule qui souhaitait conserver la maison de son père situé au 5 bis rue de Verneuil, à Paris. Un lieu devenu mythique et qu’elle voudrait transformer en musée au plus vite. « C’est maintenant ou jamais », souligne-t-elle.