People

Rififi autour de la dépouille de l’animateur : son épouse dément les rumeurs de conversion lancées par le père de l’animateur


PARIS C’est le grand déballage dans le clan Delarue. On savait que les relations intrafamiliales n’étaient pas au beau fixe. Mais dans une interview accordée hier matin à Europe 1, le père de l’animateur a révélé qu’il n’avait même pas pu assister à l’enterrement de son fils, avec qui il entretenait, il est vrai, des relations difficiles.

“On veut me cacher beaucoup de choses”, a ainsi expliqué Jean-Claude Delarue. “Mon fils est mort en réalité le jeudi 23 août à 10h20 du matin. Et pendant 24 heures, je ne l’ai pas su. Je l’ai découvert par le coup de fil d’un journaliste d’Europe 1. Personne ne m’a prévenu. Je n’ai pas pu le voir pendant les trois mois avant sa mort. J’ai même dû me battre pendant des jours pour savoir où mon fils avait été enterré. J’ai essuyé des refus de la part des pompes funèbres, des administrations parisiennes. Je n’étais donc pas aux obsèques de mon fils, j’ai seulement assisté à une petite réunion au cimetière du Père-Lachaise. Mais je ne savais pas où était mon fils. J’ai finalement découvert qu’il a été enterré au carré musulman d’un cimetière de banlieue. Je suppose que d’une manière ou d’une autre il a fait un acte de conversion car il était marié à une musulmane.” Et Jean-Claude Delarue de lancer un appel à ceux qui savent ce qui s’est passé. “Il y a beaucoup d’argent en jeu, un appartement et Réservoir Prod...”

Évidemment, ces déclarations, qui laissent entrevoir une lutte pour l’héritage, ont fait grand bruit. Et l’info d’une conversion a été immédiatement démentie par la veuve de l’animateur, Anissa. “Jean-Luc ne s’est pas converti à l’islam, comme le suppose Jean-Claude Delarue”, explique-t-elle dans un communiqué. “Il était de confession catholique et baptisé. Le manque de discrétion et son acharnement (NdlR : du père de l’animateur) à remettre en cause les volontés de son fils, scrupuleusement respectées, mettent en péril la tranquillité et l’apaisement, pourtant souhaités par Jean-Luc Delarue pour que chacun puisse faire son deuil.”

Pour rappel, Jean-Luc Delarue avait laissé entendre plusieurs fois qu’il avait été un enfant battu et que c’est sans doute dans son enfance qu’il fallait trouver une partie de son mal-être…

F. S.

© La Dernière Heure 2012